Défense de Sarapin

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Défense de Sarapin

Message  Lemexis le Mar 20 Jan - 6:58

[Kite et Vlael]
La section de renforts impériaux n'eut aucun mal à se débarasser des quelques troupes de l'UHL qui passaient par là, et se mit alors immédiatement à la recherche des défenseurs de Nyx qui étaient encore en état de se battre. Ils tombèrent rapidement sur le groupe de Faucons en train de se remettre de ses émotions, les renforts ayant été envoyés dans un secteur proche du leur. Le capitaine balaya brièvement le secteur du regard, constatant avec désolation les énormes ravages qui avaient été faits :

- Apparement, vous avez affronté quelque chose de coriace ici... Bref, les combats étant finis au-dessus, on vous a envoyé un bon nombre de renforts ; la grosse majorité d'entre eux commence à atterir dehors pour éliminer les forces de l'UHL qui ne sont pas encore rentrées, ainsi que toutes les chimères qui restent en attente. Mon groupe et plusieurs escouades de gardes impériaux moins importantes ont été envoyés directement à l'intérieur de la station pour s'assurer qu'il y reste encore quelque chose à sauver.
Je n'ai pas réussi à joindre le commandement central, mais c'est un objectif prioritaire ! Le centre de contrôle peut attendre, vu l'état actuel des choses je ne pense pas qu'il soit d'une grande utilité à l'UHL. Allez, en avant !

Le capitaine sortit une vieille carte qu'il consulta un instant avant d'indiquer du doigt une direction, montrant au passage que même dans un endroit aussi dévasté il parvenait encore à se repérer. Il décréta alors une marche rapide vers l'objectif. Ici, pas d'organisation particulière les snipers anti-véhicules étaient mêlées à la simple infanterie et aux troupes aéroportées. Tout ce qui comptait était d'arriver aussi vite que possible à destination.

Mais les efforts de tout ce groupe, qui ne rencontra que quelques poches de résistance de temps à autre, semblèrent n'avoir servi à rien lorsqu'ils finirent par trouver la porte du quartier général totalement éventrée. A l'intérieur de la petite pièce gisaient les cadavres des officiers impériaux ; aucune balle n'avait été tirée et. Sur la table autour de laquelle se réunissaient les officiers se trouvait un homme debout, qui se contentait d'observer les forces impériales avec un regard amusé. Une rafale de lasers partit en sa direction mais, avec une vitesse surprenante, il fit un bond sur le côté puis se mit à foncer en direction de ses adversaires ; les premiers, pris au dépourvu, furent éventrés par les longues lames que le tueur portait aux poignées. Le capitaine n'eut pas l'occasion de donner de nouveaux ordres car il eut le cerveau éclaté par un tir de sniper apparement venu de nulle part, alors qu'une escouade de soldats de l'UHL arrivait depuis les arrières des forces impériales, qui n'avaient plus d'autre choix que de lutter pour leur survie.

***
[Maxwell]
Les survivants des défenseurs impériaux n'eurent pas le temps de se remettre de leurs émotions qu'une nouvelle escouade arrivait déjà. Mais il ne s'agissait pas d'ennemis. Ils avaient reçu des renforts, mais également de nouvelles instructions. Un sergent sortit du groupe des nouveaux venus, simplement armés de fusils lasers, pour s'approcher du technaugure, tout en jetant en biais un regard interrogateur sur le cadavre criblé de balle de l'élite. Une fois à hauteur de son interlocuteur, il l'informa de la situation :

- Bon, comme vous l'avez constaté, toute la station est momentanément hors service, donc vous allez devoir changer de position. Je sais, l'ennemi pourra s'en emparer et tenter de la réactiver, mais nous avons d'autres priorités : le commandement de la planète est menacé, nous pensons que c'est ça, la cible prioritaire de l'ennemi. Vous allez donc vous diriger vers le QG et assurer la protection de nos officiers, avec toute la petite troupe que vous vous êtes apparement constitué. D'autres hommes vont venir défendre le centre de contrôle.

Le technaugure s'executa, n'ayant pas le pouvoir de contester une décision qui semblait émaner du haut commandement, et se dirigea vers son objectif. C'est en arrivant qu'il constata qu'une bataille faisait rage : devant une porte blindée éventrée se trouvaient de nombreux soldats impériaux, dont les troupes aéroportées et une escouade de snipers anti-véhicules. Ils étaient apparement opposés à une escouade de l'UHL, mais surtout à l'élite qui avait fui devant Yskrager et, à en juger par les gardes abattus d'une balle dans la tête, à un sniper. Et ils auraient bien besoin de renforts.


[Bon, tout le monde, je suppose que vous savez ce qu'il vous reste à faire. Repoussez les forces de l'UHL et surtout occupez-vous des Elites ; vous ne pouvez en tuer qu'un seul d'entre eux pour le moment, donc voilà ce que je vous propose : l'un de vous le met en facheuse posture, un autre occupe le deuxième et le troisième aide le premier à se débarasser de sa cible.
En ce qui concerne l'ordre...
1 : Maxwell Yskrager
2 : Kite Conti
3 : Vlael
Si jamais tu peux pas poster avant un moment Maxwell, dis-le ici stp.]
avatar
Lemexis
Admin

Faction : Aucune
Fonction : Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de Sarapin

Message  Maxwell Yskrager le Ven 23 Jan - 6:51

Maxwell arriva et lança ses serviteurs en avant, leur ordonnant de s'avancer en travers de la porte. Une série de tir de forte puissance s'écrasèrent sur le bouclier déployé par le serviteur en aboyant, le mur d'énergie crépita alors que Maxwell et sa suite s'avancèrent en travers de la porte blindée, suivit par les gardes qui pouvaient enfin entrer.
Il fit tirer son serviteur en direction du tireur d'élite, enfin, dans la direction où il supposait que se trouvait le tireur en question.

Une silhouette surgit de derrière une sorte de meuble et fondit sur lui, une vieille connaissance ... Un garde se fit tranché en deux avant que l'épée n'essaye de réitérer l'attaque pour le technoprêtre. La lame évita les tentative de parade avant de mordre le flanc de l'adepte, et de se briser en deux, affaiblie par la torchère à plasma. L'assassin fit demi tour en faisant le vide autour de Maxwell et engagea le corps à corps.
Yskrager n'était que technoprêtre, mais il était dans l'inquisition, et en tant que tel, il savait se battre au corps à corps. L'assassin le dominait en vitesse, en habileté et en expérience, mais l'impérial conservait une force considérable, un corps blindé et un troisième bras. il subit quatre frappes du poing, sa jambe fut transpercée par la lame de son adversaire et les fils de son servo-bras furent coupés avant que le membre ne s'éjecte automatiquement. Il finit par imprimer un coup de tête sur le front de son adversaire, un serviteur se rua sur lui pour soutenir son maître et fut empaler à son tour. L'artisan frappa du poing le plat de la lame et la brisa en deux.

Le rebelle ficha la lame dans la cuisse blindée de Maxwell qui en profita pour l'empoigner à pleine mains, le maintenant en place. La lame remontait sur sa cuisse vers le haut, l'abreuvant de signaux d'alerte. Il rugit en face de l'épéiste en essayant de lui mettre d'autres coups de tête, comme dans un bras de fer Praxien dément.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de Sarapin

Message  Kite Conti le Lun 9 Fév - 7:07

- Dispersion ! Hurla Conti en écartant les bras. Ymir ! Médic !

Sur ordre, chaque survivant bondit dans une direction opposée l’une à l’autre, Ymir et la médic restèrent près de leur sergent accroupi.

- Médic, rentre là dedans et trouve nous un officier en vie ! Ymir, surveille mes talons.

Conti avait le plus grand mal à garder une respiration constante et à rester sur un équilibre stable. Il était extrêmement préoccupé et débordait de ressentiment envers l’ennemi. Non pas qu’avoir retrouvé des alliées de la garde le gênait, loin de là. Mais chaque pas qu’il faisait lui faisait remonter une douleur dans les côtes, et il souffrait encore de sa main brûlante, malgré les crèmes de protection appliquées à la va-vite. Et chaque pic de douleur lui rappelait également la perte d’un faucon de l’escouade. Ce maudit sniper. Il semblerait qu’il appréciait beaucoup de pouvoir goûter à des prédateurs du ciel, il les avait suivis jusqu’ici.

Et maintenant, un « sauteur ». Un ennemi inconnu, très agile, et très dangereux. Le sergent n’en avait pas vu plus, le tireur d’élite l’ayant forcé à se cacher après l’avoir arrosé du sang du capitaine.

Tout comme les faucons, toute les unités rassemblées se déployèrent en conséquence, libérant peu à peu la vision du faucon. Son regard fut tout d’abord captivé par les premiers cadavres fraîchement tranché par ce qu’il appelé le sauteur. Autant de mort, et ce, au fil de l’épée. Nul doute, c’était une élite. Puis, bien vite, la protubérance d’un troisième bras mécanique, un servo-bras lui semblait-il attira son attention. A une vingtaine de mètre de sa position, devant la porte détruite et ses débris, au beau milieu d’un échange de tir entre les deux camps, un adepte du mechanicum venait d’engager un violent corps à corps avec l‘élite. Conti fut surpris de la technique de combat du technaugure. Il fut surtout surpris qu’un technaugure ait une technique de combat. Il décida de réagir en conséquence.

Sa position était plutôt confortable. La rue par laquelle le groupe était arrivé avait l’avantage et le malheur d’avoir essuyé un tir d’artillerie, ou autre obus gros calibre. Conti n’avait eu aucun mal à se laisser tomber derrière un débris. Mais face à lui, il avait reconnu la place sur laquelle il avait stationné avant le début des combats. Cette place plane, dépourvu de quoique ce soit pour s’abriter, et d’un sol poudreux de sur croix. Enfin, les débris de la porte pulvérisait offrait un couvert tout relatif. Mais rien de quoi se camoufler. De toute façon, comment cacher 2 mètres 30 en armure carapace, parachute et paquetage lourd. Inévitablement, il passerait entre les balles. Et c’est alors, que son œil habitué distingua dans la périphérie de sa vision, un groupe d’homme en armure noir, et épaulière aux insignes rougeâtre, qui tombaient d’un toit.

* Falco Cuvierii ! Diversion parfaite ! *

La nouvelle section harakonienne était à l’opposé de Conti par rapport à la place. Toutes ses armes spéciales avaient déjà été abattues par le tireur d’élite, et l’arrivé des fuseurs des Cuvierii ne pouvaient que le réjouir. Il ne s’en rendit pas tout de suite compte, ou bien inconsciemment préféra ne pas y penser, mais les fuseurs attireraient sans aucun doute le sniper. Il avait sa chance.

- Ymir ! Tu prends le premier tour ! Les Cherrug, refroidissez moi ce sniper !

Il n’avait pas fini sa phrase qu’il se mit à courir aussi vite qu’il le pouvait vers les débris de la place. A mi-chemin, il se stoppa, glissa, puis mit un genou à terre avant d’effectuer un tir de suppression sur les unités proches et permettre à Ymir d’approcher. Celui-ci quelques mètres derrière, Conti se remit en route, zigzaguant de couvert en couvert vers ce qu’il avait presque naturellement désigné comme sa proie, l’élite, le sauteur. Il se permit d’y attarder son regard.

Il perdit un moment sa concentration, vraiment surpris par la résistance du technaugure. Adepte ou non, il se défendait étonnamment bien. Face à lui, l’élite ne paraissait pas excessivement puissante, un homme, presque sans protection aux membres bioniques. L’adepte, lui, paraissait bien plus impressionnant, dans sa cape rouge maculée de sang et brûlé à certains endroits. Les forts rayons du soleil de la planète se reflétaient sur la masse d’implants mécaniques de l’adepte, le rendant, à première vue, peu abordable. Mais il perdait l’avantage. Quoiqu’il se fût passé, l’adepte avait une lame dans la cuisse. Mais globalement, les forces impériales prenaient l’avantage. Instinctivement, le faucon se rua totalement à découvert, dans l’espoir de coller sa lame dans le dos du traître, bloqué par l’adepte. Ymir, surpris de l’acte trop peu réfléchie n’eut d’autre solution que planter un genou au sol et effectuer le meilleur tir de suppression qu’un seul fusil pouvait offrir. Le sergent traversa la place à grands pas, encaissant les impacts de quelques balles sur ses plaques d’armure carapace.

Le traître, occupé par le technaugure, ne sentit rien venir. Conti sautât en avant pour renforcer son élan, et envoya la baïonnette de son canon le plus loin possible dans le dos de l’élite. La lame percuta un boîtier gris, où elle commença à s’enfoncer. Le faucon pressa la détente, vidant les dernières réserves de sa cellule énergétique dans la boite grise pour dégager son arme, brisant ainsi la source énergétique du champ de force du sauteur. L’espace d’un instant, Conti fut aveuglé par une décharge électromagnétique, puis il entendit les grésillements du boîtier. La lame de la main libre du traître le ramena vite à la raison. Conti bondit en arrière pour éviter le revers de main, et dû même lâcher son fusil. La lame pénétra profondément son épaulière, sans atteindre vraiment la chair. D’un geste sec, Conti sortit son couteau à la hanche et le dirigea vers la nuque de l’élite, d’un nouveau bond vers l’avant. Le technicien luttait pour maintenir la seconde lame en place dans sa jambe pendant qu’il essayait de trancher son adversaire de sa torchère à plasma. Avec plus d’agilité que n’importe quel humain aurait pu faire preuve lorsqu’on l’attaquait de dos, le traître repoussa la lame, et enchaîna sur un coup verticale sans même accordait de regard dans son dos. Le faucon dévia la lame de coté et pivota sur sa gauche pour décocher un crochet du gauche à son adversaire. Celui-ci balaya son jeu de jambe et fit chuter le faucon qui roula instantanément sur le coté, évitant ainsi le coup de pied métallique qui lui aurait été certainement très douloureux. Accroupi, il encaissa avec sa propre lame le coup de taille que son adversaire lui porta, et d’un geste fluide, attrapa le membre supérieur de son adversaire en vu du lui briser. Mais le traître, avec sa rapidité surhumaine envoya voler le faucon d’un coup de pied retourné dans les côtes. Au même moment, le technaugure profita de la brève perte d’équilibre de son adversaire pour lui plantait sa propre lame de plasma dans le sternum.

Le traître fit un pas forcé en arrière pour récupérer sa stabilité et poussa un cri de douleur lorsque le plasma brûlant lui entailla le ventre. Enragée, l’élite repoussa l’adepte du Mechanicum en faisant avancer toujours plus sa lame dans la cuisse bionique. Conti, ignorant un moment la douleur se projeta piteusement en avant et fit décrire un laborieux coup de taille à son couteau, entailla lui-même le flanc de l’adversaire, qui voulut à nouveau l’écarter d’un puissant coup de pied. Cette fois-ci, le faucon encaissa.

Le technaugure poussa vers l’avant, forçant l’élite à concentrer sa force vers lui pour ne pas tomber en arrière. Le sergent impérial n’attendit pas plus, surmontant toute les douleurs qui lui été affligé il se redressa en enfonça quelques centimètres de son couteau dans le coude gauche de son ennemi, à la limite du membre bionique. La riposte n’attendit pas. Conti ne vit même pas venir le coup qui lui rentra dans la cuisse droite en remontant vers son bassin. L’épée n’alla pas plus loin, sortant de la chair en griffant à peine le bas du ventre. Le faucon du donner ses derniers effort pour ne pas chuter et encaisser le second coup qui pénétra d’un bon centimètre la chair de son bras droit. L’adepte profita du relâchement du traître sur sa cuisse dû à son coude saignant pour retenter une attaque à la torchère à plasma.

L’élite tenta une nouvelle esquive mais cette fois-ci, le faucon derrière lui le bloqua profitant de son évidente supériorité en taille pour empêcher tout mouvement de l’élite. Avec des yeux horrifiés, le soldat de l’UHL vit la torchère à plasma lui traverser le bassin. Il cracha une gerbe de sang en plein dans le visage de l’adepte. L’arme de plasma pur lui remonta jusqu’aux poumons, lacérant tout les organes internes de l’adversaire. Dans un dernier effort, l’élite projeta sa lame directement vers la gorge de son attaquant. D’un violent revers de main accompagné de toute la fureur que ses blessures lui inspiraient, Conti planta son couteau dans la jugulaire du traître et ramena sa lame vers l’avant de façon à déchiqueter sa trachée. L’adepte finit par sectionner le bras de l’élite, s’aspergeant lui et le faucon de sang impie avant de retirer la lame encore fichée dans sa cuisse. Le cadavre chuta sur le coté, dans sa propre mare de sang et Conti, satisfait du résultat, se laissa tomber sur ses genoux, totalement essoufflé et la bouche en sang. Il était plutôt content que son sale état fut masqué par son respirateur et sa visière, bien que sa blessure à la cuisse trempait ses vêtements de sang frais. Il releva la tête vers le technaugure.

- Plutôt pas mal, lui lança t-il avec un sourire invisible.
avatar
Kite Conti

Faction : Garde Impériale; 19ème d'Harakoni, 5ème Compagnie.
Fonction : Sergent faucon, troupe aéroportée, expert en démolition.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de Sarapin

Message  Vlael le Ven 20 Fév - 4:56

L'effet de surprise était total. Ce fut un massacre. les servants des armes lourdes moururent en premier, puis celui qui semblait commander reçu un tir en pleine poitrine de la part de vlael qui le traversa et alla blesser grièvement un des rebelles. Vlael avait monter la puissance de son fusil au maximum, c'était devenu un réflexe. Il la baissa aussitôt car il ne voulait pas gâcher de l'énergie. La poignée de rebelle qui ne mourut pas dans les 5 premières secondes se mit a couvert, inutilement. Les bolts lourds ouvrirent le feu et firent pleuvoir leurs énormes bolts sur les rebelles effrayées, ou mort.
La victoire était total, cependant, ils avaient perdu un homme. N'ayant pas le temps de 'enterré, un des homme pris sa plaque d'identification, déposa une larme, et la mis a son cou.
Le régiment avança lentement mais prudemment tout en écrasant les quelques poches de résistance qu'il rencontrèrent.
Ils arrivèrent enfin a la station et rencontrèrent les faucons, quelque peu mal en point. Après une discussion entre le capitaine et le sergent, ils se mirent en route vers le quartier général. Après quelques heurts, ils virent enfin la porte du quartier général. Mais leur joie fut de courte durée lorsqu'il virent l'état de celle ci. Ils pénétrèrent la pièce et virent cette entité sur la table des officiers. Les faucons eurent le temps de se disperser mais la première ligne se fit décimer malgré les quelques tirs qu'ils tentèrent. Le capitaine subit le même sort qu'eux, d'un tir en pleine tête qui fit gicler sa cervelle dans toute les directions, en aspergeant quelques soldats, horrifiés. Les quelques sergent présent prirent leur responsabilité et réussirent a rallier leurs hommes. Vlael et ses compagnons se mirent a couvert en une fraction de seconde. Ils ouvrirent leur feu sur la créature, mais sont agilité et sa rapidité les déconcerta. ils changèrent de cible pour les rebelles, plus facile a éliminer et plus nombreux.
Tous virent le combat acharné que menait le faucon et l'adepte. Vlael voulu aider mais il y avait trop de risque qu'il touche ses camarades. Tel la victoire d'une equipe de football, dont les spectateurs n'etaient autres que les soldatds, un frisson de joie parcourut l'assemblée.
Vlael se rappela soudainement de quelque chose de très important : le sniper. Il entreprit de le débusquer mais une rafale de tirs provenant de derrière l'en dissuada : des renforts rebelles arrivait de l'arrière des ligne.
Les soldats entraînés réagirent promptement malgré la perte de quelques hommes, et tous se retournèrent comme un seul homme. Le surnombre des rebelles était quelque peu compensé par le fait qu'il devait passer par une porte pour entré. Mais ils savaient tous que la lutte pour leur survie allait être rude

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de Sarapin

Message  Lemexis le Ven 6 Mar - 8:23

L'élite avait été vaincu, et le peu qu'il en restait gisait désormais au milieu du champ de bataille pour se mêler aux autres victimes de la guerre. A en juger par l'absence rassurante de tirs de sniper hostiles, le dernier élite avait préféré quitter la zone, conscient que, malgré ses capacités supérieures à la moyenne des hommes, il n'était pas le genre de soldat capable de vaincre à lui seul des ennemis face auxquels ses camarades étaient tous tombés. Néanmoins, l'adepte du Mechanicum et les Faucons ne purent pas savourer leur victoire sur leur adversaire car, totalement accaparé par le combat acharné qu'ils avaient dû mener, ils n'avaient pas prêté la moindre attention aux troupes de l'UHL qui continuaient de mener l'assaut, tout juste contenus par les Gardes impériaux grâce au précieux soutien de Vlael.

Ils pouvaient néanmoins voir sur les visages de leurs adversaires que ceux-ci étaient choqués par la perte de trois de leurs meilleurs éléments, et ne devaient continuer à combattre que parce qu'ils y étaient obligés d'une quelconque façon ; mais la bataille était perdue pour eux : ils avaient tout misés sur quelques hommes, et ceux-ci étaient morts. Leur combat était désormais désespéré et c'était sans doute cela qui les poussait à continuer à se battre : n'ayant aucune chance de s'en sortir, ils étaient bien décidés à donner le meilleur d'eux-mêmes avant de partir.

Ainsi, ils bravèrent le feu impérial et foncèrent sur les lignes des défenseurs de Nyx, continuant de tirer en avançant afin de maintenir eux aussi un feu soutenu. Et cela semblait être efficace, d'autant plus que chaque mort impérial redonnait espoir à l'UHL. Il fallait éliminer ces soldats rapidement avant qu'ils ne fassent trop de dégats.

[Vous l'avez deviné, la mission touche à sa fin. Repoussez les forces de l'UHL : il s'agit d'un groupe assez important d'infanterie équipée principalement d'armes légères, mais quelques bolters lourds peuvent faire leur apparition parmi leurs rangs. Ils se battent avec acharnement, prenez ça en compte.]
avatar
Lemexis
Admin

Faction : Aucune
Fonction : Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de Sarapin

Message  Vlael le Lun 16 Mar - 8:44

( j'ai fait juste une partie de la bataille, sinon, y avait un ordre de post ? )

Le desespoir se lisait dans leurs yeux. Ils se jeterent a corps perdu dans la batailles tout en maintenant un feu soutenu sur les positions imperiales. Couvert par la masse humaine, deux bolters lours se mirent en place et ouvrirent le feu, faisant trembler les murs, arrachant des bouts de betons et projetant de la poussiere. Ils obligeaient les imperiaux a rester a couvert. Un cadet tenta un acte heroique et voulut jeter une grenade. Son bras fut arraché par un bolt. Sa grenade l'acheva. Le bruit des bolter resonnait dans toute la piece, terrifiant et paralysant.
"Mais qu'est ce que vous foutez bordel, hurla le sergent kravitz, vous etes des tireurs d'elites bordel, descendez le !
- m'en occupe, dit vlael.

Il examina la topagraphie des lieux et vit l'endroit ideal, 25m plus loin. "pratique" se dit Vlael. Il avait besoin d'une diversion. " J'ai besoin de quelqu'un pour me couvrir, dit Vlael a Kravitz.
- Tu part a mon go, lui repondit il.
- Recu.

Kravitz se deplaca vers la gauche de la porte d'entrée, aussi discretement que possible. Les bolters lourds tirait sans interruption leurs puissant bolts, abrité derriere un mur et eloigné de la porte d'entrée, empechant ainsi les imperiaux de les eliminer avec une grenade ou avec leur fusil laser. Vlael etait tendu. Kravits s'empara d'une grenand fumigene et d'une grenade a fragmentation, juste pour le bruit. Il lanca la grenade fumigene et cria " Go ".

Vlael s'elanca, son fusil sur le dos. L'ecran fumigene se mit en place, Vlael devait se positionner avant que celui ci ne disparaisse. Il courut aussi vite qu'il pouvait, sa respiration rythmait ses pas, la sueur perlait de son front, un frisson parcourait son corps. Il entendit une explosion, c'etait le signe que l'ecran commencait a disparaitre. il restait 3m, il sauta. Il mit sa jambe droite en avant, s'appuya sur le rebord de la dalle, se receptionna avec la jambe gauche et se colla contre son rebord. Il semblait qu'il n'avait pas eté vu. Son camouflage urbain allait lui etre tres utile. Lentement, il rampa vers son poste de tir. Il sortit son arme et s'installa. Il visa le bolter lourd, son but etait de le detruire plus que de tuer son utilisateur. Il tira, son angle de tir lui permit de detruire le bolter lourd ainsi que de tuer son utilisateur. une gerbe de sang eclaboussa le rebelle chargé des munitions. Il detruisit le second bolter lourd, mais sans faire de victime.

Le flot soutenu de rebelle reprit ainsi que le feu nourrit. Vlael devait faire un maximum de victimes en economisant ses balles. Chaque tir emportait au moins deux ennemis. Le surnombre se fit sentir, les gardes en premiere ligne degainerent leurs couteaux.

Une explosion secoua les hommes de la seconde ligne. Vlael leva la tete et vit trois rebelles armés de lance grenades. Le plus avancé fut tué par un cadet quelque peu chanceux, le second, par les soins de Vlael, dans une manifique gerbe de sang. le troisieme eut le temps de se mettre a couvert. Vlael etait certain qu'il avait été reperé.
Il tenta un tir a travers le couvert du grenadier. Il vit du sang, le rebelle etait mort. Cependant, il n'avait pas detruit l'arme. Il s'en rendit compte lorsque l'un d'eux, poussé par le desespoir se mit debout et vida la dizaine de grenade de son chargeur sur les imperiaux. Il eut helas le temps de faire une dizaine de victime avant d'etre abattu par Vlael, qui pris le soin de detruire l'arme en meme temps.

Ce kamikaze redonna du courage aux forces de l'UHL, Le combat n'etait pas terminé.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de Sarapin

Message  Kite Conti le Jeu 26 Mar - 10:11

[ Bon bah, Maxwell ne posteras visiblement pas ]

- Ca va piquer.
- Tu t’fout de moi medic ? Tu crois que ça pique pas là ? Railla Conti.
- Si j’te plante plus d’anti-douleur, tu vas t’endormir. T’es plutôt amoché. T’as perdu beaucoup de sang. C’est plutôt pas mal que ça ne fasse que piquer. Bien, évite de t’appuyer sur cette jambe, tu sens peut-être plus la douleur pour le moment, mais tu peux la perdre, ta jambe. Par contre, d’ici une heure ou deux, quand les analgésiques se seront dissipés…
- Bah tu m’endormiras.

L’air sérieux de la médic lui fit comprendre que non, il souffrirait.
La situation n’avait pas évolué comme le faucon l’aurait voulu. Le corps fumant de l’élite n’avait pas poussé l’UHL à battre en retraite, mais à mourir en se débattant toujours, en montrant les crocs jusqu’à la mort. Ces crocs étaient d’ailleurs dangereusement près. Conti, son caporal et sa médic étaient au milieu de la place, sur un flanc de l’UHL, seulement protégé par une colonne brisée de ce qui avait été la porte du QG. Aucun officier n‘avait survécu. Les forces nouvellement arrivées de la Garde, dont les Falco Cuvierii, avaient tenté un débordement. Un échec totale, l’UHL s’étaient là rassemblé pour une dernière fusillade honorable, et ils avaient des armes lourdes. Le faible abri des trois faucons avait néanmoins été épargné par les bolts lourds et grenades ennemies. Ils étaient seuls sur un flanc de l’UHL, il n’y avait aucun intérêt à tirer là où seulement trois soldats se cachaient lorsqu’une cinquantaine d’autre tente de charger de face.

Le sergent harakonien changea la cellule laser de son arme. Il savait que les bolters lourds ennemis était l’élément déterminant de la résistance adverse. S’ils étaient neutralisés, peu importe la bravoure des derniers soldats rebelles, ils tomberaient. Mais le faucon avait déjà pu constaté après une cellule laser vidé qu’ils ne les détruiraient pas à l’arme conventionnelle. Dans les quelques secondes qui suivirent, comme pour exaucer Conti, les bolters lourds explosèrent l’un après l’autre, des suites des munitions de gros calibre.

- On a des tireurs, s’enthousiasma Ymir.
- Plutôt bon. Allez, on leur en met plein les yeux mon capo !

Le sergent sorti le fusil de son couvert et commença à tirer quelques rafales. Un déluge de projectile ennemi lui rappela qu’il ne faudrait pas que détruire l’armement lourd ennemi pour tous les vaincre. Conti jura, en voyant l’inefficacité totale de sa position. Il ne réfléchit pas longtemps avant de trouver une solution. Une solution à la Falco Cherrug. Le faucon s’accroupit et posa son barda sur le sol, l’inspectant de fond en comble. Il y saisi une barre à mine inutilisée. Il déposa la totalité de ses explosifs devant ses pieds, songeurs. Il ne pretait même plus attention à la fusillade.

- Eh Kite, faut protéger cette base, pas en faire sauter la moitié ! S’inquiéta le caporal.
- J’suis un démolisseur bordel, c’est ce que je sais faire de mieux. Passe moi ta barre.

Ymir s’exécuta, non sans douter de l’intelligence de l’action.

- Une charge explosive et tu fais sauter toute la façade.
- Je sais… Médic, file moi un rouleau de bandage.

Il se munit de ses quatre dernières grenades, en attachât trois ensembles par la goupille, et fis tenir l’autre grâce au ruban de bandage, déplié autour du totale de grenades. Il bloqua ensuite la seconde barre à mine entre deux grenades et procéda comme précédemment avec les trois grenades que Ymir lui donna. Fier de son œuvre, Conti sourit en regardant Ymir de haut.

- Et un double chapelet de grenades pour ces messieurs, un double ! Couvrez moi !

Sortant la totalité de son corps à découvert, Conti jeta la barre aussi loin qu’il le pu, entre les hommes de l’UHL. D’abord attiré, par les tirs de couverture des deux autres faucons, les soldats rebelles ne se mirent à le prendre comme cible qu’une fois l’explosif en l’air. Voyant les fusils braqués sur lui, le sergent harakonien se projeta derrière son couvert et poussa un cri de douleur.

- Pas sur cette jambe ! Grogna la médic en s’approchant.

Il lui fit signe de s’arrêter.

- Après, après !

Le chapelet explosa. Même si les soldats ennemis s’étaient éloignés du point d’explosion, les centaines de shrapnels projetés autour auraient forcements trouvés de la chair. Un épais nuage de poussière et de cendre se souleva après l’explosion, bouchant totalement la vue sur les hommes de l’UHL. Conti rit rien qu’en pensant que ses ultimes ennemis puisse mourir d’asphyxie après une lutte si acharnée. Il entreprit de vider sa cellule laser engagée vers la zone enfumée, pendant que la majeure partie des impériaux progressait vers l’avant, de couverts en couverts. Les Falco Cherrug se regroupèrent autour de leur chef. A l’opposé d’eux, les Falco Cuvierii, dont les projectiles à plasma traversaient la position ennemie, en trouvant peut-être une cible faisaient de même. La fumée était assez épaisse, et ne tarderait pas à retomber.

Quelques tirs de riposte se faisaient laborieux. La plupart partaient dans des angles morts. Ils n’y voyaient rien non plus. Quelques rebelles émergèrent de la fumée, en toussotant, ils n’avaient pour la plupart, pas le temps de se rendre compte de leur erreur, et étaient promptement abattus par plus de rafales qu’il ne le fallait. Tous les faucons épaulèrent, attendant le moment fatidique où la fumée se dissiperait totalement et où les quelques idiots qui avaient tentés d’en sortir seraient complètement à découvert. Ce fut le cas. Mais en bien moindre proportion que l’espoir ne l’avait laissé penser. Les soldats de l’UHL reprirent un feu nourri sur les positions impériales, décider à ne pas mourir si bêtement. Au moins, l’explosif avait son effet, une quinzaine de corps gisaient au sol.
Il ne fallait pas camper sur ses positions plus longtemps. La fusillade ne servait à rien. Sans couper leur élan, motiver par des sous-officiers courageux, les gardes s’élancèrent vers les rebelles. Les Falco Cuvierii, de caractère protecteur –ce sont tout de même des unités d’appui/protection- les précédèrent, offrant leur solidité dû à l’armure carapace, en guise de protection. Les Falco Cherrug restèrent plus en arrière, à la vitesse de leur sergent clopinant.

- Massacrez les ! Pour l’Empereur-Dieu !

Un déluge de laser s’abattait sur les couverts rebelles, mais si ces soldats ne réagissaient pas, ils seraient bientôt débordés, n’ayant plus leur bolter lourd pour les couvrir. Beaucoup donc s’exposèrent lentement pour faucher la première ligne impériale. En quelques secondes d’échange de tir, il y avait eu bien plus de mort que pendant les 20 dernières minutes de fusillade. Les Cuvierii se stoppèrent, écrasant les maigres protections ennemies au plasma, pendant que les autres gardes les dépassaient. Cette fois-ci complètement résignés, et se sachant déjà dans la tombe, les soldats rebelles se libérèrent de leur linceul de cauchemars et la totalité d’entre eux, soit plus d’une trentaine de rebelles, ripostèrent à bout portant, lacérant l’avant ligne impériale. A coup de lame, de crosse, de poings et de tirs à bout portant, parfois touchant, les soldats des factions opposés s’achevèrent dans une violence inouïe. Les hommes de l’UHL n’avaient aucune chance. A peine essayaient t-ils de donner un coup à un soldat impérial, qu’un canon de fusil laser se pointait dans leurs côtes. Cela ne les empêchaient néanmoins pas de se débattre le plus longtemps qu’ils le pouvaient, dans leur ultime baroud d’honneur, qui se jouait au corps à corps. Malgré des pertes égales des deux côtés, les impériaux étaient partis avec l’avantage du nombre. Les derniers hurlements de douleurs rebelles se faisaient entendre dans Sarapin. Bientôt, le combat se tarit. Les faucons avaient percé le plus loin, et se tenait devant les six derniers rebelles, mains sur la tête, désarmés. Derrière eux, les derniers soldats blessés étaient cruellement achevés. La terreur avait remplacé l’ultime résolution dans les yeux des rebelles. Conti soupira.

- Ennemis de l’Imperium… Pas de prisonnier.

Les pupilles des traîtres se dilatèrent de peur, et ils furent tous abattus d’une rafale de laser.
Après une longue minute de silence morbide, étrange, les gardes levèrent leurs armes au ciel et hurlèrent de joie. Conti souffrait horriblement de ses blessures. Il se tenait les côtes et tentait laborieusement de tenir debout sur sa jambe valide. Il baissa le regard vers un soldat de l’UHL gisant dans son sang. Il poussa un long soupir et sourit.

- Pour l’Empereur ! Scanda t-il en même temps que ses camarades.

*Sarapin restera impérial*
avatar
Kite Conti

Faction : Garde Impériale; 19ème d'Harakoni, 5ème Compagnie.
Fonction : Sergent faucon, troupe aéroportée, expert en démolition.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de Sarapin

Message  Lemexis le Ven 27 Mar - 3:13

La bataille finale pour Sarapin venait de se terminer, et les dernières troupes de l'UHL, restées dehors avec leurs blindés, furent abattus par un bombardement méthodique de la flotte impériale située en orbite. Les forces ennemies furent totalement annihilées, pas un seul soldat de l'UHL put s'échapper : il s'agissait pour eux d'une défaite extrêmement lourde. En revanche, personne ne put trouver le corps de l'élite survivant, le sniper, et il était impossible de savoir s'il avait péri avec son armée ou s'il était parvenu à s'échapper à bord d'un éventuel vaisseau furtif. Quoi qu'il en soit, les gardes impériaux avaient une bonne raison de se réjouir, car l'ennemi ne se remettrait pas de sitôt après un coup aussi dur.

Les premières navettes de transport atterrirent un peu plus d'une heure après l'élimination des derniers ennemis, pour évacuer la moitié des survivants : l'autre moitié resterait ici afin que son expérience nouvellement acquise puisse servir aux nouveaux défenseurs. Mais il allait également falloir remplacer l'état-major local ; sa perte était le principal point noir de cette bataille pour l'Imperium, plus encore que les importants dommages subis par Nyx. Mengsk comptait sur certains d'entre eux pour mener les principales opérations de la campagne de Dante, et il allait devoir les remplacer par des officiers sans doute moins compétents.

Mais ceci n'entamait nullement la détermination du général, qui accueilli avec joie la bonne nouvelle alors qu'il était dans son QG de campagne sur Belderone. Il fallait frapper vite et bien maintenant que l'ennemi était affaibli, et de nombreuses batailles au moins aussi éprouvantes attendaient les vétérans de Sarapin...

[Voilà la première mission finie de l'histoire de l'amas de Nasileus ^^ Ce post était le post final, la mission est maintenant terminée et vous pourrez vous représenter sur Korhal pour choisir une des nouvelles missions disponibles (je m'en occupe bientôt). Si vous avez des questions concernant la suite des évènements, n'hésitez pas à m'envoyer un mp.]
avatar
Lemexis
Admin

Faction : Aucune
Fonction : Administrateur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Défense de Sarapin

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum