Un miracle s'est produit

Aller en bas

Un miracle s'est produit

Message  Ramass'lébaf le Dim 6 Déc - 23:20

-OUILLE !

Après avoir poussé le cri habituel lorsque l'on cherche à donner un coup de pied à un objet dépendant du mur, Ramass'lébaf eut la réaction encore plus habituelle qui consiste à sauter dans toutes les directions en tenant son pied des deux mains. Il faut dire que l'ork avait réellement cherché à envoyer au plus loin l'objet en question et qu'il aurait parié que ce dernier était tout simplement tombé. Pour sa défense, il faut admettre que le tuyau, étant coupé des deux côtés, n'avait apparemment aucune raison valable de se trouver sur le sol.

Le fling'boy se calma rapidement. Hurler de douleur était le meilleur moyen -enfin, l'un des meilleures- d'attirer le plus de foule vers celui ayant hurlé, et il n'avait clairement pas envie de montrer à tous qu'en plus d'être un sacré "vainard" lors d'un combat, il était en plus douillet et hurlait pour un rien. Mais tout de même, se tordre un ongle de doigt de pied n'est pas une expérience plaisante, que l'on soit un ork ou pas. Après avoir jeté un coup d'oeil autour de lui pour s'assurer que personne n'accourait, il put enfin se rassoir et reprendre le flux de ses méditations.

La pièce dans lequel il s'était réfugié semblait toute appropriée à cette activité. Les murs étaient très épais et évitaient donc qu'il ne puisse être entendu ou dérangé par quelqu'un d'autre. Elle était circulaire et assez grande pour qu'il puisse se mettre à tourner en rond en cas de besoin. Une sorte de dalle située en plein centre était juste à la hauteur nécessaire pour s'assoir, mais ne permettait pas de s'allonger sous peine de se prendre une décharge électrique par la chose située en son centre. Qui plus est, la salle était suffisamment éloignée des lieux de vie communs des autres orks, ce qui réduisait le risque de visite intempestive. Il arrivait parfois à Ramass'lébaf de s'auto-congratuler pour cette découverte datant d' il y a quelques jours.

La méditation n'était certes pas son point fort, pourtant il y trouvait ces derniers temps une issue de secours particulièrement adaptée à ses besoins. N'importe quel ork bien dans sa peau aurait estimé que Ramass'lébaf commettait un acte de trahison envers sa race, mais justement il n'était pas ce que l'on appelle un ork bien dans sa peau. Des semaines de railleries, de plaisanteries douteuses et de remarques malheureusement trop pertinentes avaient eu raison de la patience proverbiale de ce dernier. Le récit de ses "exploits" durant la bataille d'Ossus avait fait le tour de... disons de sa compagnie, faute de terme adapté dans le langage ork, Et malheureusement, les orks avaient trouvé cela particulièrement drôle et n'hésitait pas à solliciter Ramass' pour des démonstrations "en direct" de ses talents, quand ce n'est juste pour le mettre à l'épreuve ou autre. Il serait faux de dire qu'il était devenu le souffre-douleur de sa bande : disons plutôt qu'il en était devenu l'une des mascottes. Contre son gré.

Le moins que l'on puisse dire de Ramass' est qu'il a effectivement été un ork plutôt chanceux lors de la conquêt d'Ossus : premièrement, il a débarqué en pleine bataille et a foncé sur un truk réduit en miettes sans la moindre conséquence. Il a déboulé dans les tranchées pratiquement en première ligne et s'en est encore une fois sorti indemne. Il a fait "face" seul à une monstruosité et n'a même pas été blessé durant l'affrontement, grâce à un effondrement propice d'un mur sur la tête de ladite monstruosité. Il s'est retrouvé quasiment à l'avant d'un char d'assaut très peu protégé sur le devant et a dû affronter un nob tout en ne sachant presque pas se battre au corps à corps, et s'est tout simplement retrouvé projeté à terre. Enfin, il s'est fait écrasé par le big boss adverse avec une épée énergétique qui lui a frôlé la tête à quelques centimètres, et a pu être tiré de l'affaire. Il aurait pu mourir des dizaines de fois et 'a même pas eu le bon sens de le faire une seule fois. Il est compréhensible que les orks trouvent l'histoire amusante.

Ramass'lébaf se rassurait périodiquement en se disant qu'au fond, la "célébrité" chez les orks était bien éphémère, qu'un exploit commis par un autre durant une future bataille allait bien lui faire de l'ombre. Mais d'un autre côté, il savait que jusqu'à ce qu'un zèbre ait la bonne idée de rééditer son exploit, il aurait une étiquette de "vainard" collé sur le front. Et rien ne lui assurait que la personne qui lui succéderait au grade de "vainard" ne serait pas tout simplement lui-même.

Un tambour se mit à résonner. Ramass' compta. Une fois. Deux fois. Trois fois.

Il passa la minute suivante à tenter de se rappeler le code des tambours. Un signal avertissait d'un danger, l'autre ordonnait le rassemblement. Et le dernier ne signifie rien de particulier, c'est juste qu'il y a seulement trois mesures de possibles avec un tambour avant que les orks ne confondent tout. Il lui semblait que c'était la mesure "un" qui ne signifiait rien. Non, la mesure deux. C'est ça. Deux mesures d'écart pour éviter que les gens ne confondent. Voilà. Ensuite... un, c'est... oh, et puis zut, mieux valait sortir de suite voir comment réagissaient les autres. Avant toute chose, il vérifia son équipement et se rendit compte qu'il avait abandonné son casque et son gilet près d'un mur, et se dépêcha de les renfiler. Son boss était devenu un poil maniaque sur l'équipement, et il préférait ne pas le contrarier. Il prit ses deux fling's et les accrocha à sa nouvelle ceinture, puis se décida enfin à partir.

Lorsque il ouvrit le semblant de porte, le fling'boy se rendit brusquement compte à quel point le niveau sonore pouvait être élevé dans le vaisseau. Les orks, très exubérants par nature, pouvaient à la fois apprécier le danger et l'idée d'un rassemblement. Maintenant qu'il y songeait, lors d'un danger, on doit également se rassembler, donc l'une des mesures ne signifiait peut-être pas le danger. Mais que signifiait-elle alors ?

Ramass' était désormais dans un couloir assez grand pour pouvoir faire passer cinq boys côte à côte, dont les murs étaient de la même couleur bleuâtre que le reste du vaisseau. Des orks sortaient en groupe de plusieurs portes mais aucun groupe n'avait de réelle coordination avec les autres. Dans un couloir, il n'y a que deux directions, à droite ou à gauche, mais les boys en présence parvenaient à partir dans les deux directions sans qu'une tendance ne se préfère à l'autre. Si Ramass'lébaf était un poil plus paranoïaque, il aurait pu estimer que tout ce tintouin n'avait pour seul but que de le déstabiliser. Sans réel moyen de déterminer quelle était la chose à faire, il préféra se diriger vers le centre du vaisseau, lequel se situait à sa droite.

Il savait, pour avoir vu plusieurs fois des plans, que le "Hulk" comme on l'appelait était fait de grosso modo trois parties, chacune étant marquée par une gigantesque salle circulaire avec des couloirs partant dans tous les sens. La salle centrale était la salle habituelle pour les discours des chefs. La salle du fond était officiellement le dortoir collectif, encore que nombre de boys préféraient dormir dans leur coin. Quant à la salle du début, c'était apparemment la salle de décisions où les chefs discutaient des plans à venir pour la nouvelle campagne. Tout au moins était-ce la rumeur principale, car les boys simples qui voudraient y pénétrer sont abattus à vue. Seuls les nobs avaient le droit d'y entrer. Par chance, il était difficile d'y entrer par erreur, car le seul moyen qu'on les trois parties de communiquer est un unique couloir, celui-ci étant bien gardé entre le début et le centre du vaisseau. Pour l'heure, Ramass' se trouvait dans la partie sud et devait accéder à la partie centre. En tout cas s'il avait bien interprété le code.

Une bande de chockboys passa devant lui, fling' au clair, kikoup's à la ceinture. Ou tout au moins au semblant de ceinture. D'une certaine façon, Ramass' était rassuré. Les chockboys mettaient un tel point d'honneur à suivre un code qu'ils devaient connaître celui des tambours par coeur. Les suivre était donc une solution efficace lorsque l'on ne savait pas quoi faire. Il choisit de se mêler à la foule de boys ayant eu la même idée que lui, mais avant qu'il ne fasse le moindre pas, l'un d'eux l'interpella :

"- Ohé, l'vainard ("Kand allaient-ils abandonné ct'otre nom bordel ?") ! Ya les tiens, y t'cherchent là bas !" Dit-il en désignant la zone derrière lui du pouce.

Les siens ? Il devait parler de l'escouade auquel il appartenait. Sbar'not n'était pas du genre patient et s'évertuait toujours à lui rappeler que des situations urgentes exigeaient une réaction rapide. Autant dire qu'ils avaient peu de choses en commun. Sauf une : ils détestaient maintenant tous deux que l'on écorche leurs noms. Aussi était-il relativement heureux d'aller devoir le retrouver.

Si rassemblement il y avait, c'était plus que probablement pour les avertir de ce qui allait se passer. Il aurait bien aimé avoir une idée de ce qu'il allait devoir faire avant de se téléporter dans ce foutu vaisseau en ruines. Sbar'not ne lui avait donné aucune indication, ni à lui ni à personne d'autres. Et impossible de tirer quoi que ce soit des autres dans les rares moments où ces derniers ne se moquaient pas de lui : personne ne semblait avoir idée de ce qui se passait. Une caractéristique ork qui commençait à lui déplaire. Si Ramass' attendait le combat avec une certaine impatience, c'était également parce qu'il avait l'impression de rester de moins en moins ork au fil du temps. Un bon combat lui remettrait peut-être les idées en place.

L'escouade auquel il était rattaché avait sa propre salle, comme toutes les autres. De toute façon, le vaisseau avait tellement de salles qu'on aurait pu intégrer facilement deux cents escouades supplémentaires -à condition que tout le monde dorme dans la salle sud. Ramass'lébaf préféra se fier au petit plan qu'il avait dans la poche pour retrouver la salle en question, mais il n'en eut même pas besoin puisque les membres de son escouade se retrouvèrent soudainement devant lui.

"-En v'là un otre, boss ! S'exclama un boy. Y'en a pluk'trois !"

Ah, de toute évidence, il n'était pas le seul à être cherché.

"-Koi k'vous voulé boss ? Lança-t-il ?
- Ya un r'groupement, et on va en band' a un r'groupment, Ramass' ! Répondit Sbar'Not. Maint'nant, on s'grouille' ! Les zotres nous r'joindront en ch'min !"

Ben tiens. Encore une des manies du boss. Mais bon, mis à part ça, il se trouvait être un bon boss, donnant des consignes plutôt simples et efficaces. Mais il aurait tout de même bien aimé qu'il donne enfin des indications sur ce qui va se passer.
avatar
Ramass'lébaf

Faction : Ork
Fonction : Fling'boy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un miracle s'est produit

Message  Gyorg Ymagarl le Jeu 17 Déc - 23:35

La suite !! ^^
Moi j'adore.
avatar
Gyorg Ymagarl

Faction : Le Chaos Universel et Indivisible, Légion des Word Bearers, Groupement tactique de mercenaires
Fonction : Marine du Chaos, Sergent, Serviteur de Khorne.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum