La Chute de Nodegama

Aller en bas

La Chute de Nodegama

Message  Lakius Felstrid le Sam 14 Mar - 10:36

Chapitre 1 : Les Ruines

La roche était froide et noire. Les lampes à fusion s'éteignaient progressivement, ce qui rendait le couloir plus menaçant encore. Quatre années de travaux avaient dû être nécessaire pour percer ce mystère, et voila que Efeel semblait hésiter. Les Soeurs de Nodegama Alpha avaient interdit à l'archéologue de mener à bien ces fouilles, il y a 10 ans de cela. Comment osaient-elles ? Efeel été connu d'un bout à l'autre de la galaxie pour ses travaux, notamment sur l'étude des xenos. L'Ordo Xenos lui-même avait eu recours à son aide, et voila que ces maudites sœurs se mettaient en travers de sa route ! Ces ruines aux inscriptions étranges seraient sa plus grande découverte ! Il pourrait grâce à cette étude entrer directement dans le Panthéon de Mars, là où son grand-père avait été enterré, il y a maintenant 400 ans ... Efeel n'avait pas eu d'autres choix : ces mercenaires n'étaient que provisoires. De plus, personne ne saurait jamais dans quelques heures qu'il eut des mercenaires sur ce caillou aride... Alors pourquoi hésiter ?
Pensant au Panthéon, Efeel continuait droit devant. Il déboucha dans une large salle circulaire. Au centre, une longue antenne se dressait. Des aspérités couraient le long d'une bande faisant le tour de la salle. Si ses calculs étaient correctes, il se trouvait au centre du complexe, ou du moins de la partie accessible, la majorité avait été enfouie lors d'éboulements. Le moment était venu.
"Jeefkins vous me recevez ?
_... je ne vous ...çoit que brieve..., je me dirig... complexe pour ....cation.
Il avait pourtant demandé à cet imbécile de garde d'être prêt à tout moment ! Les parasites qu'il recevait étaient dus à la profondeur des cryptes : son garde du corps devait être en surface au camps, voir pire dans un bar en ville ! Il mettrait plus de quatre heures avant de rétablir ...
_ Vous me recevez Mr. Stun ?
_ Que faisiez-vous bordel ?! nous devons agir le plus rapidement possible !
_ Je ... la cage de l'ascenseur a eu un problème technique et ...
_ Taisez-vous Jeefkins, je ne vous paie pas pour que vous cherchiez de lamentables excuses ! Dites aux miliciens de se préparer à faire feu, occupez-vous du Kad des mercenaires. De ça vous en êtes capable j'espère ?
_ Les Kadrons sont experts dans leur domaine mais nous avons l'avantage du nombre...
_ Préparez l'évacuation de cette antenne quand ce sera fait ! Stun, terminé.
Efeel fixait cette antenne depuis quelques minutes... elle semblait ... vivante. il s'approcha doucement près d'elle. C'était sans aucun doute l'artefact le plus étrange qu'il avait eu l'occasion d'observer de toute sa carrière. Un panneau de contrôle était placé là, à quelques mètres. Efeel s'approcha, puis posa sa main sur sa surface lisse. Un ronronnement monta, les aspérités s'illuminaient d'un vert pur. Une auréole verte s'éleva puis ...
_ Mr Stun, contact repéré ! Quatre Valkyries se dirigent vers nous !
_ Vous vous êtes débarrassés des corps ??
_ Nous n'avons pas eu encore le temps ... ils ouvrent le feu sur nous !
_ Repliez-vous dans les ruines ! Je ne partirais pas sans l'antenne !
Ses miliciens devaient encore tenir. Efeel s'intéressa au panneau, où dansaient à sa surface de nombreux symboles. Ce langage lui était inconnu. Il posa sa main sur le hiéroglyphe le plus imposant. Efeel fut balayé, projeté en arrière par une onde si puissante que son pauvre corps se brisa sur les murs. Efeel Stun, dans son agonie, ne put que s'émerveiller de ce qu'il avait déclenché; même le Panthéon n'aurait pu le combler d'avantage que ce spectacle. De colossales énergies se réveillaient enfin de leur long sommeil. La voûte tremblait tandis que la salle montait vers la surface. Enfin, la voûte se sépara, pour faire place aux sables ... puis au ciel de Nodegama. Dehors, le bruit des lasers et des combats ne purent surpassaient celui des mécanismes se réveillant. L'antenne se redressa de toute sa hauteur, comme un géant courbé depuis des millénaires. A sa base s'accumulèrent des énergies qui dépassaient toutes le commun de Stun. Un faisceau se détacha de l'antenne et partit rejoindre le ciel à vive allure dans un fracas assourdissant. Ce fut sur cette vision que le destin de Stun fut scellé...ainsi que celui de toute la planète...

Chapitre II : Le 127ème de Cadia

"Largage dans 2 minute"
Jyff T. Fred avait ses mains crispées sur son fusil laser. Il vérifia une énième fois son module d'atterrissage personnel. Tous autour de lui étaient nerveux. Ce n'était qu'une simple pacification de zone; de simples miliciens, ridiculement entrainés par rapport à des Cadiens, mais l'escouade du sergent Noram était nerveuse.
"Largage dans 1 minute"
La porte arrière de la Valkyrie s'ouvrit. L'air chaud et sec entra dans la soute arrière, accompagné d'une vague de sable. Nodegama Epsilon était une planète désertique, une boule aride qui tournait autour de l'astre mourrant de Betra II. La température extérieure avoisinait les cinquante degrés l'hiver, seule saison où la vie à l'extérieur était possible. Les rares cités de sa surface se protégeaient le reste de l'année de 543 jours par un champ de force, les protégeant de la rudesse du climat. Cependant les humains de cette planète prospéraient, notamment par le commerce d'adamantite. Node Primus était par ailleurs la seconde ruche du système, après celle de Nodemus, capitale de Nodegama Alpha. Jyff sourit, à chaque largage, il ne pouvait s'empêcher des pensées sans importances, comme le briefing culturel.
"3..2..1..en avant Gardes ! Pour l'Empereur !" cria Noram pour couvrir le bruit du vent.
Sans hésitation, l'intégralité du peloton du 127ème Troupes aéroportés de Cadia se déversa dans le ciel azur, criblant de laser tout individu présent à la surface. Le Leman Russ du Major Alenko fut largué par une Valkyrie adaptée et détruisit les rares emplacements d'armes lourdes disposées autour de l'entré des ruines. Jyff, tombé au sol, sécurisa la zone, imitant toutes son escouade. Il avait raison : ces miliciens ne leur opposaient pas de véritable résistance. Les escouades se regroupèrent vers le monument marquant l'entré des ruines, là où quelques miliciens s'étaient retranchés.
Soudain, un vacarme sourd ébranla le sol. La terre elle-même commença à trembler. Les Gardes se regardèrent tous, les gradés ne savaient que faire. Puis, à une cinquantaine de mètres de l'allée d'obélisques, une plate forme soutenant un immense pic sortit des dunes. Ce même pic se déploya, et une impulsion verte s'éleva dans les cieux. Jyff n'avait jamais vu quelque chose de cette ampleure. Certes, Cadia était criblée de Pylônes qui ressemblaient étrangement au style de ces ruines, mais le pic qu'il voyait était en état de marche.
"_Noram; Kentis, Alenko, je veux un rapport sur l'état des troupes, Kiffen, contactez-moi le Qg, je n'envoie pas mes hommes dans ce tombeau sans savoir ce qu'il se passe ici. Le Colonel Syrk savait être rapide et efficace dans ce genre de situation.
_ Colonel, vous avez reçu une mission, serait-ce un repli pour lâcheté ? Le Commissaire Zenkar arriva derrière l'escouade du Colonel, suivait de Zul et Grugol, les deux Ogryns du régiment. Le Commissaire Zenkar n'avait pas pour habitude la bonne humeur, mais lorsqu’il voyageait avec les deux mastodontes, il devenait suicidaire de l'aborder.
_ Commissaire, serait-ce une preuve de stupidité de votre part ou avez-vous séché tous vos cours de stratégies à la Schola ? Les miliciens peuvent être en infériorité, s'ils ont condamné un couloir avec un bolter lourd, se serait suicidaire de forcer le passage. Seul l'Astartes pourrait tenter ...
"Commandant, contact repéré, Thunderhawk identifié Astartes ... Ce sont des Black Templars ."
_ Comment... murmura Syrk
_ Quand on parle des anges ... ironisa Zenkar.
" Ici le lieutenant Filps, Colonel, je vous conseille de revenir à Node Primus au plus vite; les choses s'empirent"
Le Colonel Syrk pensa quelques secondes, puis ordonna :
_ Alenko, Kentis avec moi, Noram délogez-moi ces miliciens, je vous laisse le C4 et une Valkyrie, revenez en ville après avoir ...
_ Colonel, vous quittez le champ de bataille ? S’étrangla Zenkar
_ Commissaire, vous accompagnerez Noram, Sergent, n'hésitez pas à faire écrouler ces ruines s'il le faut. Bonne chance."

Chapitre III : Les Anges de la Mort, Veillée d'arme

-Aube du Premier jour, 120 heures retantes-

Les trois Valkyries se dirigaient vers le site d'aterissage militaire lorsque Sedweck les virent. Ils étaient en rang parfait, bolter à la main, leur armure énergétique éblouissante au soleil. Telles des statues, aucun ne bougeait d'un millimètre, tous regardaient attentivement leur Maître de Compagnie qui distribuait des ordres de derniers instants. Cette vision de la perfection impériale disparue au profit du site d'aterrissage. En ce lieu, une surprise les attendait : un Black Templar. Le marine se dirigea vers Syrk.
"Colonel" le salua-t-il
_ Seigneur, que se passe-t-il ? Il est rare que l'on me rappelle de mission d'intervention, sauf lors de l'offensive des orks sur Keskim II... s’informa respectueusement le commandant du régiment.
_ Je vois que je n'ai pas à motiver votre curiosité, néanmois elle pourra attendre au profit de présentations peut-être ? Je suis le Maître Fyrbrecht, de la 5ème compagnie, s'amusa-t-il
Les Gardes eurent droit à un spectacle pour le moins étrange : leur Colonel se sentit ridicule et bafouilla une réponse, presque intelligible :
_ Euh...oui commandant, euh maître, c'est un grand-honneur pour moi et mon régiment de ... je suis le Colonel Syrk, du 127ème Cadien.
_ Colonel, j'ai de nombreuses informations à vous communiquer, marchez avec moi je vous prie.
Le Maître de Compagnie marchait d'un pas lent, permettant au colonel de le suivre.
_ Le Grand Maréchal lui-même m'a ordonné de me rentre ici, sur Nodegama, pour stopper une incursion d'orks, certainement rebelles du xeno Gazguhll, qui se dirigeait droit sur vous.
_ J'ai entendu parler de cette menace, elle a saccagé le système d’Yvus.
_ Vous pouvez être tranquille colonel, notre compagnie les ont repoussé et anéanti sur Yvus II, malgré de lourdes pertes, mais nous avons découvert une bien plus grande menace...
_ Je vous sentais anxieux, qu'avez-vous découvert ?
_ Le Chaos.
Syrk connaissait le Chaos comme tout cadien. Il avait participé à 30 défenses, dont 4 contre des space marines renégats. Malgré sa qualité de vétéran, il haïssait toujours les forces démoniaques et, au fond de lui, les craignait.
_ Des renégats de la Death Guard, nous ne savons combien sont-ils, ni quels sont leur réels objectifs concernant ce monde, mais ils se dirigent ici, et seront là très rapidement. A vrai dire, nous ne pensions pas être ici à temps...
Un astropathe déboula dans la coursive, une plaque de donnée à la main. Après un bref regard, il salua et informa les deux gradés en quelques secondes :
_ Colonel, Commandant, nous avons détecté un signal hérétique à 30h de voyage par le warp.
_ Les renégats seront donc là dans 17h, tout au plus. L'assaut débutera l'heure suivante ici, dans la capitale, nous avons donc 18h pour assurer la défense de Node Primus. Faites transmettre un message aux autres cités, que les civils soient évacués et ramenés ici par escorte de l'adeptus arbites et des forces de défenses planétaires. Colonel, venez avec moi je vous prie."
Pendant que le 127ème Cadien se reposait dans la cour, Syrk et le space marines Fyrbrecht s'enfoncèrent dans le bastion de la FDP locale. Celle-ci organisait déjà la défense, notamment par la disposition de sacs de sables et de pièges anti-char. Ils arrivèrent dans une large salle aux parois remplis d'appareil en tout genre. Là ce tenait le gouverneur local, le général des deux régiments de FDP et l'entrepreneur Jons. Ce dernier n'avait rien à faire dans ce briefing militaire, mais, possédant la quasi-totalité des mines d'adamantites, la sécurité de ses richesses et quelques arrangements financiers lui avait donné la permission d'assister à l'élaboration de la défense. Syrk cru distinguer une silhouette dans la pénombre... non ce n'était que son imagination. La salle comprenait de nombreux alcôves et des serviteurs en tout genre y été branchés.
_ Messieurs, commença Fyrbrecht, cette journée sera peut être la dernière si nous ne réagissons pas rapidement. Comme chacun le sait à présent, le Chaos envahira ce monde dans quelques heures, avec des forces dix fois supérieures aux nôtres. Notre cause n'est cependant pas perdue : avant de partir pour votre planète, j'ai envoyé une demande de renforts au Sénéchal de mon chapitre. J'ai reçu il y a quelques heures sa réponse : deux régiments d'Armageddon ainsi que le 23ème blindé de Cadia, en activité dans le système voisin de Piscina, vont nous secourir. Ils devraient arriver d'ici trois jours, renversant les forces et nous donnant l'occasion d'en finir avec le Chaos dans ce système. Nous devons donc tenir cette ville durant trois jours entiers.
"Voici le plan de la défense : le 127ème tiendra la partie du Champ désactivé durant son rechargement avancé, une durée de deux jours environ, les forces planétaires bloqueront l'accès à la Porte de Kronus tandis que les Black Templars défendront la Porte de Nodegama, où les combats seront les plus violents. Chaque force armée devra tenir son poste. Si un front lâche, l'ensemble meurt. Organisez la défense comme bon vous semble, cette salle est à votre disposition, ainsi que la carte:
avatar
Lakius Felstrid

Faction : Chaos / Mj
Fonction : Héritier Word Bearers / Mj Garde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chute de Nodegama

Message  Lakius Felstrid le Sam 14 Mar - 10:36

Chapitre IV : Jeefkins

Jyff fixait les Valkyries qui disparaissaient au loin vers Node Primus. Le commissaire Zenkar ne disait mot, mais sa teinte magenta laissait deviner son désarroi.
"Bien, occupons-nous rapidement de ces miliciens, j'aimerais rappeler quelques petites notions au Colonel". Le commissaire avait à la fois un profond respect pour le colonel, mais également une haine insatiable. Quand ils étaient en désaccord, le Colonel se référait à un épisode de leur historie commune, à l'époque où il commandait le 126ème Cadien. Le commissaire abandonnait alors toutes opinions divergentes. Cela restait un des secrets du régiment...
"Lekis, Jyff, en éclaireur dans ces tunnels, Verbek préparez le C4".
Le sergent Noram était nerveux. C'est la première fois qu'un commissaire le surveillait. Cependant, Zenkar fixait l'horizon d'un regard haineux et ne faisiat guère attention aux ordres du sergent.
"Allez Jyff, tâche de t'en sortir vivant, lui déclara Verbek
_ C’est gentil mais d'où vient cette sympathie spontanée ?
_ tu me dois toujours 50 du Régicide."
Sur ces mots, Lekis et Jyff s'enfoncèrent dans les couloirs obscurs. Le sable avait recouvert le sol, un sable fin qui s'était accumulé depuis des années, voir des millénaires. Le garde n'était pas technaugure et n'aurait pu dire depuis combien de temps ces ruines avaient été construites. Soudain, un bruit de bolter coupa le silence. Suivit d'un cri d'agonie...
"T'as entendu ça ? S’inquieta Lekis, on devrait remonter à la surface là non ?
_ Pour leur dire quoi ? Qu'on a entendu un tir ? Tu es un Cadien bordel ou pas ?
_ Désolé, ces ruines me ...rendent mal à l'aise.
_ je les déteste tout autant que toi, lui rassura Jyff, mas continuons..."
Ils continuèrent de progresser dans le couloir lorsqu’ils le virent. Tout d'abord, ils eurent un mélange de curiosité et de dégout pour ce cadavre qui gisait, ouvert aux côtes. Mais, c'est en détournant la lampe à fusion qu'ils virent ces yeux. Deux taches d'un vert clair, deux lumières qui les fixaient. Ils ne purent réellement distinguer cette chose qui s'enfouit dans le sable rapidement.
"Ca doit être les bestioles du coin, même dans les endroits les plus arides on voit des formes de vies..."
Jyff essayait de rassurer son frère d'arme mais ne croyait même pas ces propres paroles. Sans un mot ils continuèrent leur route durant près d'une demi-heure. Ils débouchèrent dans une large salle circulaire où étaient placés les soutiens de ce pic qu'ils avaient vu se déployaient. Là, un spectacle macabre les attendait. Les miliciens s'étaient retranchés, des armes lourdes déployées rapidement, mais de telle sorte qu'elles protégeaient le couloir d'en face, et non pas celui d'où ils étaient arrivés. Cette antenne prenait une large part du volume de la salle, mais l'espace restant suffisait pour que la totalité des miliciens soit retranchée ici.
Les miliciens, ou plutôt ce qu'il en restait.
Tous étaient morts. Jyff et Lekis purent distinguer clairement ce qui avait tué ces soldats : des petites machines, à peine dix fois plus grandes qu'un scarabée, surgissaient des cadavres pour s'intéresser au pic et à ses dispositifs. D'aucuns réparaient des systèmes et des postes d'une technologie disparue pendant que d'autres se dirigeaient vers les gardes...
"Euh ... je crois qu'on peut aller faire notre rapport au sergent maintenant" précisa Lekis.
Mais les machines les avaient désormais encerclés et flottaient lentement vers eux. Les quelques coups de fusil laser des gardes n'eurent pour effet que d'accélérer le mouvement des scarabées. Soudain, un milicien sortit du couloir d'en face, tirant des salves de pistolet bolter sur des scarabées.
"Vous pensiez me tuer aussi facilement que ces lamentables dévots ? Mais je suis bien plus puissant qu'eux ! Et mon maître arrive et me récompensera !"
Le milicien, certainement le garde du corps de l'archéologue qu'ils devaient tuer, détruit deux autres scarabées lorsqu'une machine, de la taille d'un land speeder, descendit du ciel pour l'attraper à l'aide de ses griffes. Le milicien hurla et lâcha trois salves dans la tête de l'Arachné de fer, mais qui n'eurent aucun effet. D'un autre bras, le scarabée géant transperça le corps du résistant puis le lâcha au sol. Les scarabées qui entouraient les cadiens avaient préféré abandonner leur proie au profit de ce milicien, mais se retournèrent vers eux lorsque la dépouille tomba. Lekis était paralysé et commençait à prier l'Empereur-Dieu.
Mais c'est une magie noire qui les sauva.
Les corps de tous les miliciens se levèrent ensemble. Ils se mirent à pourrir rapidement, lâchant des bêtes aussi grandes que les scarabées. Le combat entre ces deux factions s'engagea rapidement, les zombies s'attaquant à la grande Arachné. Le garde du corps s'éleva alors de ce champ de bataille et pria :
"Ô Père de toute vie ! Montre à tes ennemis le châtiment de la pullulation ! Père Nurgle, accorde nous des dons ! Sauve nous de la mort !"
Le simple nom du dieu chaotique suffit à faire vomir les gardes. Analysant rapidement la situation, Jyff prit le bras de Lekis encore sous le choc et remonta à toute allure les longs couloirs noirs. Des scarabées tentèrent de les rattraper mais des nurglings, ces bêtes provenant des cadavres, les occupèrent. Le cadavre qu'ils avaient vu plus haut barra leur route. Lekis le décapita d'un coup de fusil laser mais le zombie, encore vivant, lui rendit son acte en lui enfonçant ses griffes dans le ventre. Lekis prit sa grenade alors que les scarabées s'approchaient à vive allure de son camarade. Jyff, compronnant qu'il ne pourrait rien faire pour aider le garde et, voyant la grenade, courut le plus vite qu'il put. Il atteigna enfin l'ascenseur quand le souffle de la grenade le rattrapa. La vitesse de l'ascenseur lui permit de s'en sortir vivant, mais il n'oublierait jamais le sacrifice de son camarade, digne d'un vrai cadien.
"Faites sauter ces ruines vite !" s'écria à bout de souffle Jyff.
Le sergent Noram s'étonna quelques instants, mais après de courtes explications de la part du garde, ordonna à Verbeck de déclenchait le C4. L'éboulement qui en suivit boucha l'accès aux ruines, et seuls l'entré et ce pic pourraient désormais témoigner de la présence d'ancienne galeries souterraines. Le commissaire prit quelques secondes pour réfléchir, puis félicita Noram de sa rapidité. Le sergent resta interdit, répétant à voix basse les mots de l'officier de propagande.
3 heures s'étaient écoulées depuis que le colonel les avait quittés. L'astre était haut dans le ciel. Après une brève prière pour Lekis, l'escouade accompagnée de Zenkar rejoignit la Valkyrie. Alors que les moteurs de la Valkyrie chauffés, Jyff cru apercevoir une ombre sous une dune qui les épiait...non ce n'était que son imagination. Trois heures de plus en Valkyrie suffiraient pour les ramener en ville et connaître la cause du départ du colonel.

Chapitre V : un appel à l'aide

Le Commissaire Zenkar restait à l'arrière de la Valkyrie, près de la paroi qui séparait les pilotes des troupes, seul, comme à l'accoutumée. Mais après tout, il n'avait pas terminé sa Schola pour devenir un commissaire social, cela n'existait pas. Le cas du Colonel l'inquiétait cependant... . Il ne pouvait le surveillait comme tout bon commissaire depuis les événements de Piscina V et de ce combat mené avec les Catachans, dans les jungles humides, contre le fléau tyrannide. Le colonel ne pourrait pas toujours se cacher derrière ce qui s'y était déroulé ... si, il le pouvait. Essuyant son front, Zenkar posa son képi sur le banc. Il avait conservé ce vieux képi de son monde natal, Boonhaven. Il affichait le crâne impérial, mais deux os croisés formés un arrière-plan, héritage des anciennes coutumes barbares de ce monde aquatique. L'Inquisition avait seulement posé une condition : qu'il purifie les ennemis de l'Empereur par les flammes. Un commissaire Impérial n'était pas un dévot des sororitas ou des ordos, mais afin de garder ce maigre souvenir de son monde désormais troublé par la Waaagh ! Du xeno Gragnatz, il avait accepté de porter un prototype de pistolet-lance flamme. Du fait de ces accessoires, certains gardes l'avaient appelés "le Pirate", reflétant sa sauvagerie au combat correspondante à celle de ces pilleurs de l'espace. Zenkar s'était amusé de ce surnom, contrairement à un beau nombre de commissaire qui auraient pu procéder à une exécution. Mais les gardes le savaient : la seule présence du commissaire suffisait à instaurer la discipline, Zenkar procédait à des éxecution que sur la personne d'officiers. Et Syrk aurait déjà du mourir par le feu...
Jyff bavardait avec le reste de son escouade. Noram ne revenait toujours pas du compliment du commissaireet restait mué. Jyff sentait un peu de tristesse pour Lekis. Ces derniers mots avaient été de l'insulter sur son courage, mais c'était grâce à celle-ci qu'il s'en était sorti. Il repensait aux événements dans cette tombe, ces machines combattant les atrocités du Chaos.
"Eh bien Jyff, on ne t'entend plus beaucoup ! S’informa Verbeck
_ Rien ... je pensais à ce qui s'était passé ...
_ Ressaisis-toi mon gars, allez en cadeau j'efface ta dette de jeu.
_ Vous avez entendu ce qui a rappelé le Colonel ? lança Flams, le fuseur de l'escouade. Flams était proche du Colonel, comme conseiller quelques fois. Il accompagnait souvent son escouade, mais dans les missions aéroportées, où le 127 ème excellait, il était aux ordres du sergent Noram.
_ Vaguement, à ce qui se dit, les Orks attaquent cette planète, mais c'est qu'une rumeure, les informa Fi. Fi était le seul garde du régiment qui n'était pas de Cadia. Le Major Alenko l'avait trouvé dans les ruines d'une ville de Keskim II, alors qu'il n'était encore qu'un simple garde. Fi avait grandi parmis les civils du régiment pour finalement rejoindre l'escouade de Noram. Bien qu'étant encore novice, il avait rapidement intégré sa place dans l'escouade, et avait sauvé par deux fois la vie du sergent.
_ Des Orks ? Dans ce système ? Qu'iraient-ils faire ? Je les savais stupide mais pas assez pour mourir dans ce tas de sable. Il n'y a qu'une FDP ici, ... grommela Gorker, un abruti selon Jyff, qui ne désirait seulement que monter en grade mais qui n'avait pas la finesse intellectuelle pour prendre des initiatives. Il savait cependant bien se battre, surtout lors des corps à corps.
_ Ce ne sont que des rumeurs ...
_ Sergent ! Message reçu d'un bastion des FDP ! C'est un signal de demande d'aide ! interrompit un pilote en ouvrant la porte arrière, réveillant le sergent.
_ A combien d'heures de vol ?
_ 6 heures.
_ Bordel ça nous ferait louper le rationnement ! protesta Gorker
_ Vous préférez y aller à pieds peut-être ? Car cette Valkyrie se dirige vers le signal. Copilote, envoyez un rapport au Colonel, l'informant de la situation.

Node Primus ressemblait désormais à une cité cadienne, prête à recevoir l'ennemie. Cela faisait 5 heures que les forces de l'Imperium préparaient les défenses. Les FDP avaient terminé leurs préparatifs à la porte de Kronus, et le 127ème avait déjà épuisé son stock de sacs de sables. Et Sedweck était épuisé. Son dos était ruiné. Il avait eu la malchance de faire parti de l'équipe qui posait les pièges anti-char. Se vautrant dans un emplacement d'artillerie lourde, il s'autorisa une petite pose. Mais le sergent Kentis déboucha dans l'emplacement, bien trop tôt au goût du garde.
"Alors soldat, c'est ainsi que vous comptez repousser le Chaos ? Remarquez, personne n'y a jamais pensé mais je doute que cette méthode soit d'une efficacité inquisitoriale."
Sedweck se leva et se mit au garde-à-vous, bien que sa tête ne désirait que retomber dans ces sacs de sable.
"Repos soldat. J'ai quelques nouvelles de l'avancement de la défense, si ça vous intéresse".
L'intérêt que portait Sedweck à cette conversation s'anima. Il n'avait pas eu de nouvelles depuis une heure déjà.
" Les FDP sont certes exemplaire dans leur vitesse de manœuvre, mais la qualité de cette défense est telle que le colonel est parti les engueler. Ils ne savent pas encore à quoi ils s'exposent, ironisa le vieux sergent. Aucune nouvelle du côté des Black Templars, on sait juste qu'ils sont consolidé la façade est d'un bâtiment du dépôt minier, comme s'ils s'attendaient à perdre la porte. Perso, j'leur fais pas confiance, bien que je serais ravi de les avoir de mon côté d'en moins de 10 heures... . Allez soldat, venez avec moi, je vous paye un verre, votre équipe se bourre déjà sans vous".

"Largage dans 2 minutes"
Cette fois, les horreurs des ruines empêcheraient Jyff de se souvenir du briefing culturel. Node Primus est la capitale de la planète, et seconde ruche.... Il sourit. Rien ne pourrait contrer ses manies avant un assaut aérien.
"Largage dans une minute"
Le sergent avait opté pour l'assaut aéroporté, afin de surprendre des ennemis potentiels. Tous avaient revêtu leur harnais et attendaient le signal.
"Largage dans 3..2..1...»
"En avant Gardes ! Pou l'Empe..."
Un missile surgit d'une des tours du bastion du désert et fila vers la Valkyrie. L'explosion qui en suivit tua sur le coup Gauns et projeta dans les airs Nems et Kirst. La Valkyrie se mit à tournait violemment sur elle-même, le pilote n'arrivant pas à rétablir l'assiette.
" Je pers le contrôle, je pers le contrôle !" s'époumona le pilote inutilement.
"Tous, sautez vite !" s'écria le sergent.
Tout se passa alors très vite. Jyff se souvint du commissaire le relevant alors qu'il gisait au sol, de la lumière rouge qui laissa place au ciel et au coucher de soleil. Puis, la chute dans le vide, l'activation précipité d’un harnais, et enfin ... plus rien.
avatar
Lakius Felstrid

Faction : Chaos / Mj
Fonction : Héritier Word Bearers / Mj Garde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chute de Nodegama

Message  Lakius Felstrid le Sam 14 Mar - 10:37

Chapitre VI : L'invasion

-Nuit du premier jour, 108 heures restantes-

Sedweck tenait son fusil laser fermement. Attendant dans sa tranchée, les heures, les minutes passaient lentement... trop lentement. Tous attendaient l'ennemi de pied ferme. Il arriverait... bientôt. Ces minutes avant le carnage étaient toujours mystérieuses. Le vent chaud du désert rendait la température agréable. Bientôt, il ferait froid, comme dans tout désert. Un chien passa, en aboyant, regardant curieusement tous les gardes, figés comme des statues. Personne n'osait faire de bruit. Certains dormaient afin de repousser la fatigue. D'autres préféraient tenter de survivre à la première vague plutôt que de penser à la suite des événements. Ils ne dormiraient pas. Mais tous restaient figés, attendant consciemment ou non le Chaos. La 12ème heure venait de sonner, lorsqu'ils arrivèrent. Le croiseur chaotique entra dans l'orbite basse de la planète, larguant une volée de thunderhawks. Déjà les cieux semblaient prendre une couleur verdâtre. Une heure suffit pour que les premiers coups de feu résonnent dans la ville. La porte de Nodegama était attaquée.
Puis la vague du Chaos déferla sur les positions du 127ème. Ils arrivèrent de la dune, consolidée par un dispositif de barrière souterraine. L'artillerie ne pourrait traverser le Champ de force, ce qui n'empêcha pas à une vague d'adorateurs d'attaquer le réseau de tranchée du 127ème. Les coups de feu retentirent, le chant du bolter lourd commença sa mélodie funeste pendant que les grenades étaient lancées aux devants des troupes, la bataille commença. Très vite, des centaines de fidèles des forces obscures s'écroulèrent. Mais pour un mort, deux damnés le remplaçaient. Sedeweck vit l'ennemie noircir la dune de leur corps. Ils atteignirent bientôt les premières tranchées. Puis, le bâtiment de Sedweck fut pris d'assaut. En quelques secondes, Sedweck et son escouade tuèrent des dizaines d'hérétiques. Le nombre l'emporta finalement sur la puissance de feu et des adorateurs s'engouffrèrent dans l'immeuble. Sedweck, accompagnant son sergent, partit du toit pour venir en aide aux hommes disséminés partout dans le bâtiment. Un obus détruisit soudainement les murs de l'escalier menant au toit. Sedweck, Kentis et les deux hommes porteurs du canon laser furent bloqués. Remontant les marches quatre à quatre, les cadiens comprirent la situation : une compagnie de blindés vindicator fusait droit sur les lignes. Les premières tranchées avaient déjà cédé sous les hérétiques, mais ces vindicators détruiraient pour de bon les fortifications cadiennes. Des tirs de canon laser ou de multifuseur stoppèrent quelques chars, mais une dizaine put atteindre la ville. Comme si cette menace ne suffisait pas, des rhinos chaotiques apparurent sur la crête de la dune, accompagnés d'une escorte de prédators.
Le canon laser de l'escouade de Kentis se tut : les gardes avaient été emportés par un écroulement d'un pan du mur nord. La bataille gagnait peu à peu tous les quartiers voisins. L'intensité des tirs et des combats urbains assourdissaient Sedweck. Mais il ne pouvait rien faire : l'accès aux étages inférieurs étaient condamnés, et le bâtiment menaçait de s'écrouler. Les renforts arrivèrent : 3 Valkyries passèrent à basse altitude pour larguer des équipes de fuseur aéroporté. Cette intervention permit la destruction de nombreux rhinos avant que les prédators prirent pour cible les gardes aériens. La boucherie qui en suivit rendit malade Sedweck. Soudain une détonation particulierement proche jeta à terre les deux gardes. Leur bâtiment était le premier à faire face aux dunes. Il était normal qu'il s'agisse du Qg de l'ennemi lorsque celui-ci rentrerait dans la ville. Il était normal que, mis à part les hérétiques, un gradé débouche sur le toit, la charge mis en place. Mais lorsqu'un Seigneur de la pourriture de Nurgle monta sur le toit, Sedweck faillit mourir par sa simple vue. Son armure gangrenée portait la marque de Nurgle. Des mouches plus grandes que l'écoutille d'un Leman russ tournaient autour de ses pieds. A sa main pendait un corps mutilé d'un des gardes de l'escouade de Kentis. Il était méconnaissable tant la pourriture l'avait consumé. Bien que de dos, le space marine renégat restait impressionnant et une aura d'atrocité planait en ces lieux désormais.
"Ouiii force du Chaos, Prenez cette misérable Cité ! Détruisez cette misérable résistance ! Pour la gloire du Chaos et de Nurgle, père de toute vie ! Psalmodia le seigneur, lorsqu'un autre renégat portant une coiffe apparut. Celui-ci semblait de rang supérieur également, servant de second au seigneur.
_ Ne soyez pas si sûr de vous, Baalsius, les blacks templars nous tiennent en échec du côté de la porte de Nodegama.
_ Qu'importe cette porte ! Si nous maintenons la pression du côté de la porte de Kronus, et continuons notre avancé sur ces cadiens, la ville sera à nous dans moins d'une heure !
Un hérétique arriva alors, détenteur d'informations provenant du front.
"Maaître, les ... les gardes se sont rassemblés sur le périphérique, il ... il est complètement fortifié ! Des Leman Russ les soutiennent et nos chars ne peuvent traverser les quartiers du premier sec..."
La Puissance du Dieu Noir qu'employa le lieutenant, se révélant être un Sorcier, fut si puissante que les intestins de Sedweck ne purent tenir une seconde de plus à la vue de la mort de l'hérétique. Cette faiblesse de sa part suffit aux renégats pour les détecter. Lentement le Seigneur se tourna, dévoilant toute son armure. Celle-ci était criblée d'impacts, datant d'une période inconcevable pour un simple garde. Elle semblait... vivante, et battre selon un rythme cardiaque. De larges brèches s'échappaient des vers luisants, aspirant gloutonnement le sang du marine. Il ne portait pas de casque. Sa tête était atrophiée : des pans entiers de peau et d'os s'étaient effacés au profit de moisissures. Comment un tel être pouvait vivre ? Il serrait en ses mains une double-faux, corrompue elle aussi, où dansaient à sa surface des éclairs.
Kentis restait figé, incapable du moindre mouvement.
"Pauvres fous, ce monde est condamné ! Votre Imperium s'écroule de toutes parts ! Vous vous débattez comme une misérable bête mourante. Inclinez-vous devant le véritable pouvoir ! Qui vous protégera de la Mort elle-même ! déclara le seigneur en s'avançant d'un pas lent.
_ L'Empereur protège !" cria Kentis, décochant un coup de crosse sur la tête de l'agent démoniaque, lui décrochant la mâchoire.
- Misérables Insectes ! Vous mourrez donc ! Conclu le seigneur, d'une voix qui ne venait clairement pas de sa bouche.
Reculant jusqu'au garde-fou, les deux gardes prièrent l'Empereur de leur venir en aide, alors que le seigneur chargeait. Une Valkyrie s'éleva soudainement dans les airs, larguant une équipe de fuseurs sur le toit. Non...c'était l'escouade de commandement du Colonel Syrk ! Une Mitrailleuse en nez de l'appareil couvrit les gardes en tirant à vue, tuant les deux hérétiques qui servaient d'escorte au seigneur. Le Sorcier se réfugia dans la cage de l'escalier alors que le Seigneur fauchait quatre membres de l'escouade. Le Colonel tira de son pistolet bolter, blessant visiblement au flanc le Seigneur de Nurgle. Celui-ci chargea de plus belle et aurait emporté le Colonel Syrk avec sa faucheuse si Regnis, à l'aide de son lance-plasma, priva au marine son bras gauche. Rageant de douleur, le Seigneur décapita d'un revers de faux la tête du vétéran. Le Colonel et les deux gardes en profitèrent pour battre en retraite dans la Valkyrie. S'éloignant du bâtiment, le renégat tira un bolt qui traversa la poitrine de Sedweck. Le garde s'écroula sur le sol de métal de l'appareil, dans un gémissement, mais les gardes furent hors de portée d'une autre attaque.
"Prends-ça enfoiré !" cria le colonel alors qu'il sortit de sa poche un détonateur. Le bâtiment, comme prévu, s'écroula sur lui-même. La fumée cacha ensuite le sort du Seigneur du Chaos et de son Sorcier. Les hérétiques battaient en retraite derrière la dune, ne parvenant à repousser l'avancé des blindés impériaux. Kentis crut discerner des marines de la Death guards sortant des carcasses de rhinos. Les équipes de fuseur s'étaient bravement sacrifiées et leur perte donnerait une chance aux impériaux de vaincre. Mais le premier assaut n'est jamais le pire.

Chapitre VII : Une mort comme une autre

"Reculez, reculez !"
Les tirs fusaient dans tous les sens, des gardes s'écroulaient et alimentaient de leur sang les marais pourtant déjà pourpres.
"Ils nous prennent à revers Sergent !"
Un tir de bolt s'engouffra dans la tête de l'orateur.
"Bordel on est foutu !", cria Jek avant que le commissaire Zenkar ne l'abatte froidement.
"La fin c'est quand on est mort, pas avant ! Battez-vous ! Faites leur payer votre mort soldat ! Pour Terra et po..." le commissaire s'écroula par terre, sans un bruit. Les troupes se rassemblaient, ce carré serait leur dernier. Jyff regardait ses camarades mourrir. Il respirait certainement ses dernières bouffées d'air, les plus douloureuses dû à sa cote cassée.
"Bolter lourd sur le flanc droit ! Noram, avancez vers la gauche avec ... bordel faites moi une percée et battez en retraite !" Le Capitaine Zyrk tentait comme il pouvait de se faire entendre malgré le vacarme des combats. Ce serait sa dernière bataille... non il ne pouvait mourir ! Pas maintenant !
"Soldat, reprenez vos lignes, repoussez ces sauvages vers leur fort ! Le Colonel s'occupe des renforts venus sur nos arrières ! Kiffen, contactez le Colonel, dite-moi quels sont ses ordres !
_ Ce sera fait mon capitaine !"
Les Orks attaquaient de toute part, Jyff ne comprenait plus rien : que devait-il faire ? Il se contentait de tirer sur la première cible venue, mais elles étaient trop nombreuses. C'est alors que la nouvelle se répandit, confirmée par la voix du capitaine :
"Soldat, les troupes du Colonel ont percé les rangs des orks derrière nous, au sacrifice de leur vie, montrez leur qu'ils ne se sont pas sacrifiés en vain ! Battez en retraite ! En arrière ! C'est votre nouveau Colonel qui l'ordonne !"
Jyff remontait les marés rapidement, voyant le Commissaire le suivre en boitant, puis le dépasser lorsque le garde s'écroula dans la boue, un tir l'ayant atteint. Il voyait un ork, particulierement grand s'approcher en rugissant. Il était à 10 mètres.. 5 mètres ... Il leva sa hache et ...
"C'est pas le moment de faire du tourisme garçon !"
Le sergent Noram dévala la pente, privant l'ork de sa tête grâce à son épée tronçonneuse. Il tira Jyff dans la boue froide et humide, le soleil n'apparaissant que brièvement au milieu de nuages...
Absents du ciel azur...
Un soleil chaud orangé...
Et un sol sec et fumant, constitué de sable... ce sable qui emplissait la vue de Jyff désormais.
Une Valkyrie gisait par terre, une ruine noircie, témoignant difficilement du carnage qui s'était passé dans le ciel, quelques minutes à peine. Quelques minutes ? Il n'en savait rien... mais pourquoi disait-il un carnage ?
"Allez soldat lève-toi". C'était le sergent Noram... c'est alors que tout lui revint : la planète, les ruines, l'appel à l'aide, et enfin le crash. D'un bond qu'il regretta très vite, lorsqu'il s'aperçut que son bras était cassé, il se remit debout.
avatar
Lakius Felstrid

Faction : Chaos / Mj
Fonction : Héritier Word Bearers / Mj Garde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chute de Nodegama

Message  Lakius Felstrid le Sam 14 Mar - 10:37

Chapitre VIII : L'Imperium vaincra

Aube du Deuxième jour : 96 heures restantes.

"Bordel."
Seulement sept personnes avaient survécu à l'attaque : Verbeck, Flams, Fi, Gorbek, le sergent Noram, le commissaire Zenkar et Jyff. Devant eux, à une cinquantaine de mètres, se dressait le Fort des FDP. Son architecture était rudimentaire, quatre murs fortifiés, une tour d'observation et un baraquement le constituaient. La porte d'entrée, une simple grille rouillée, avait été défoncée. Trois cadavres jonchés le sol : deux gardes de la FDP et une troisième silhouette étrange, ensanglantée, un FDP mais dont la chair ... . Jyff commença à s'en approcher pour l'examiner, lorsque le sergent le rappela à l'ordre.
"Soldat, ne partez pas seul ! Bien si tout le monde est prêt... mettez-vous en formation d'attaque, en avant!"
L'escouade s'engouffra dans la cour ensablée. Elle était complétement déserte. Mais des traces de combats étaient visibles le long des murs. Les gardes surveillaient chaque fenêtre, chaque surplomb propice à l'emplacement d'un sniper.
Une roche froide d'un noir profond, placée au milieu de la cour, semblait appeler les êtres vers elle... Jyff s'en approchait doucement...
"Jyff reculez de ça tout de suite ! Jyff !"
Le sergent couru et plaqua le soldat au sol.
"Qu'est-ce qui vous prend ?
_ je ne sais pas, c'est cette pierre ...
_Fi, Gorbek, allez chercher un moyen de transport, Flams, Verbeck fouillez ce bâtiment, Jyff, Zenkar, venez avec moi dans le centre de commandement de ce baraquement".
Les groupes se séparèrent rapidement. Mais Jyff était mal à l'aise ... on les observait, il en était sûr. Les couloirs étaient froids et gris. Des lumières d'un blanc sinistre éclairaient de larges tâches sombres de sang. Des cadavres méconnaissables gisaient ça et là. En suivant les panneaux d'informations, le groupe se dirigea vers le centre de commandement.
"Bon sang mais qu'est-ce qui s'est passé ici ?" s'interrogea le commissaire.
La demande d'aide était à présent justifiée. Ils débouchèrent dans le poste radio, servant visiblement de centre de commandement et ... de sépulture à de nombreux corps. L'un était affalé sur une commande plus visible sur le poste radio. En le retirant, Zenkar constata qu'il s'agissait de la commande de s.o.s. .Le signal arrêterait d'émettre, et personne d'autre ne se retrouvrait dans cette situation avant que les gardes n'éclaircissent ce mystère. Quels ennemis les avaient attaqués ? Pourquoi ce camp était désert ? Le Chaos ? Il aurait pris position lorsque les gardes pénétrèrent dans le fort, voir les achever à l'épave de la navette. Non, ça ne ressemblait pas au Chaos. Mais ils ne tarderaient pas à savoir qui était à l'origine de ce massacre et le ferait payer !
"Sergent, contact avec le groupe de Fi, je vous le passe ;
_ Sergent, on a trouvé de vieilles jeeps et un leman russ. Ils n'ont pas l'air armé- le leman n'a pas de munitions - et ils n'ont pas servi depuis un bon bout de temps. Mais si vous préférez repartir à pieds ...
_ Très bien Fi, on se regroupe et on se casse d'ici, contactez le groupe de Verbeck
_ Sergent ! Le groupe de Verbeck demande de l'aide en crypté ! Position : mur est, ils n'ont pas précisé la nature des agresseurs !"
_ Evidemment c'était trop simple", soupira Noram.
Examinant la plaque de données, il conclu qu'ils étaient tout proche. Il ordonna rapidement que les gardes battent en retraite ici. La salle grouillait d'ordinateurs en tout genre. Une liaison interrompue avec la capitale se mit soudain à s'animer. Préparant les barricades, le commissaire s'arrêta pour écouter la voix du gouverneur Veltscott :

--------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour un peu de musique, voilà un thème tiré de Gears of war 2 avec lequel j'ai écrit ça :

Bonne lecture ^^
--------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Garde de l'Humanité, Citoyen de l'Imperium et de Nodegama, je viens à vous en ce jour de crise, porteur de graves nouvelles"

"Allez plus vite, le Chaos sera là d'une minute à l'autre!" cria Kentis.
Les réparations des divers emplacements étaient en cours. De nombreux chars circulaient dans les rues, rejoignant leurs emplacements attribués. Les escouades aménageaient les tranchées, préparaient leurs équipements et disposaient les armes lourdes. Les défenses se construisaient rapidement, mais ils leur faudraient des heures avant d'assurer le minimum en matière de fortification. Le temps leur était crucial..

"Cinq années se sont écoulées. Cinq années où Nodegama à eu recours à l'Imperium. Cinq années où les orks, les pirates eldars et les Kadrans nous ont harcelés, attaqués. Cinq années où Ses forces sont sorties victorieuses de terribles conflits, ébranlant cette planète autrefois paisible..."

"Electrochoc ... 1..2..3...»
"Un toubib ici !"
Le poste de soin, installé dans la base des FDP, plutôt que dans l'Hôpital juxtaposant la porte de Nodegama, était en pleine activité. De trop nombreux blessés du premier assaut mourraient sur leur lit, faute de soin approprié. Mais Sedweck avait eu la chance de passer rapidement en Urgence, notamment grâce à la description des événements du Colonel. Le Docteur MkNors, originaire d'une planète forestière lointaine, était face à son patient le plus durement atteint de toute sa carrière. Un simple bolt l'avait arraché un fragment de peau sur sa jambe gauche, mais la plaie refusée de se fermer et une infection commençait à se propager rapidement. Il testerait plusieurs antibiotiques, avant de se résoudre à amputer. Si seulement cette infection lui laissait plus de temps...

"Nous sommes ici fasse à notre plus grande menace. Par la faute de quelques égoïstes, la plus grande infamie de cette galaxie est devant nos portes. Une infamie, un cancer, prenant ses racines au plus profond de l'histoire de l'Imperium. Les maladies propagées dans les divers villes et villages nous confirment ce que nous craignons : nous sommes face à un véritable fléau organique. Les space marines renégats de la Death Guard nous attaquent. Mais nous ne luttons pas seuls ! Fils du désert, de notre étoile de Nodegama, vous avez travaillé durement pour l'Imperium. Aujourd'hui, l'Imperium vous rend ce labeur. Le 127ème Cadien vous apporte son aide et se bat à vos côtés! Les Astartes eux-mêmes, les Anges de la Mort fidèles à notre Empereur, abattront Sa justice sur ce Monde ! "

Le gouverneur continuait son discours depuis quelques minutes déjà. Tel un général, il se laissait prendre par ses paroles, et il avait déjà terminé ce que les scripts avaient préparé. Après avoir essuyé de lourdes pertes lors de la première vague, toutes les cités s'étaient refermées sur elle-même pour résister à l'envahisseur. L'Invasion prenait des allures de campagne planétaire. Syrk, penché sur la table de briefing, songeait aux récents événements. Comme tous, il n'avait pas dormi. Seul ce café de l'hémisphère sud le maintenait à peu près en éveille. Les défenses fonderaient comme neige au soleil si le Chaos forçait une des portes. Les éclaireurs avaient rapporté des millions d'hommes, marines ou non, marchant vers eux. Ils ne pourraient tenir. Cela faisait quelques heures déjà qu'il avait perdu le contact avec l'escouade de Noram, parti dans le désert à la suite d'un appel à l'aide. Mais ils avaient rempli leur mission : les ruines s'étaient effondrées, ensevelissant la plupart des contacts ennemis. Un élément lui semblait incompréhensible : les rapports indiquaient que les soldats Jyff T. Fred et Lekis C. Dyz, le dernier n'ayant pas survécu, avait rencontré des ennemis qualifiés de "zombi", des adorateurs du dieu "Nurgle". Mais ces miliciens étaient ici bien avant l'invasion... Et les Black Templars ne connaissaient pas l'objectif de la Death Guard... . Les renégats ne cherchaient peut être pas à s'emparer des gisements d'adamentites, ces ruines semblaient être une cause plus exacte.
L'entrepreneur Jons était assis sur l'un des nombreux bancs disposés autour de la table numérique centrale. Derrière lui... personne. Pourtant il lui semblait avoir vu une silhouette. Non, c'était la fatigue. Le Colonel replongea dans les données. Il lui faudrait beaucoup de temps pour tout assimiler, temps qu'il n'avait pas ...

"Aujourd'hui nous combattrons comme jamais ! Aujourd'hui s'annonce une ère de lutte et de survie pour tous ! Mais nous ne luttons pas seul, L'Imperium est là, et des renforts seront ici dans deux jours et nous sauveront ! Résistez Fils de l’Empereur, Fils de Nodegama ! Ce n'est qu'une question de temps ! Nous tiendrons bon et l'Imperium Vaincra !"

Une foule enthousiasmée par ce discours poussait des cris de joie partout dans la Capitale. Ce fût l'un des seuls moments de liesse populaire de toute la guerre, mais il redonna espoir aux habitants de ce monde.
"Mais l'espoir est le premier pas vers la déception", songeait gravement le Sénéchal Fyrbrecht.

Chapitre IX : Une nouvelle menace

Un bruit de pas précipités s'approchait vers eux. Le Commissaire attendait devant la porte, sas mains refermées sur son lance-flamme. Jyff et Noram se tenait près des barricades, constituées de chaises et de tables. La porte était large et donnait sur un long couloir froid et gris, comme tout le bâtiment. La voix du gouverneur s'était tue et le silence régnait désormais, perturbée toute fois par quelques bips des machines en veille. Le bruit était proche. Réaffirmant sa prise sur son fusil laser, Jyff suait. Il faisait particulièrement chaud dans le centre de commandement. Un cri brisa soudain le silence, accompagné du bruit d'une course, ou d'une fuite plus exactement : Verbeck et Flams dépassèrent le cadran de la porte, tirant sur une cible invisible aux yeux du groupe du sergent.
"Verbeck, Flams, par ici ! Repliez-vous !" cria Noram.
Mais l'ennemi qui attaquait les deux cadiens les occupait au point de les rendre sourd aux paroles de leur sergent. Le commissaire se risqua dans le couloir pour récupérer les gardes. Lorsque son visage aperçut la menace, il devint livide comme jamais Jyff ne l'avait vu. Secouant la tête, Zenkar attrapa par la manche Flams et Verbeck, et les tira dans la salle, puis les poussa derrière les barricades. Il recula également jusqu'à la baie vitré qui donné sur la cour.
"Il n'y a pas d'autres issues ? S’enquit le commissaire, laissant percevoir de léger signes de panique.
_ Mais qui nous attaque, répondez ! S’énerva le sergent, en position accroupie derrière les tables posées à quelques mètres de la porte.
_ Des... choses que je n'avais jamais... par l'Empereur les voilà ! Paniqua Verbeck, pointant du doigt la seule et unique porte de la salle de contrôle.
Une machine squelettique se dressait, courbée, les dominants cependant tous de sa taille, sur le pas de l'ouverture. Une partie seulement de son visage était visible, dévoilant un œil vert et une bouche n'affichant aucune expression. Cette machine était vêtue de pans de peau, déchiqueté et laissant coulé à flot du sang sur le sol. Jyff comprenait enfin où se trouvait la peau des cadavres qui lui avaient semblait si particulier dehors. Ses mains finissaient par de longues griffes. Le monstre métallique s'avança lentement vers eux, boitillant légèrement, lui donnant un air d'autant plus terrifiant.
"On peut jouer sur sa lenteur pour passer derrière elle et s'enfuir et rejoindre les jeeps, proposa Jyff,
_ Mais t'es complètement malade ! Tu veux finir comme le propriétaire de cette peau ! Opposa Flams,
_ C'est notre seule chance, confirma Zenkar
La créature de métal balaya d'un revers la barricade, seule obstacle entre elle et le groupe.
"Fi, Gorbeck, préparez-vous pour un départ en urgence ! Cria dans la radio Noram.
_ Empereur ... bordel d'Empereur sauve-nous de ce truc !" Verbeck entama une véritable crise de panique.
Le bruit d'un moteur particulièrement endommagé attira l'attention du squelette.
"Allez maintenant courez ! fit Jyff en se lançant vers la porte.
La créature de métal s'interposa plus rapidement qu'il ne l'aurait cru entre lui et la porte. Le commissaire lui sauva certainement la vie en décochant un revers d'épée tronçonneuse dans le bras du squelette. Mais l'épée ne résista pas au choc et Zenkar se retrouva désarmé. Trois tirs de laser fit reculer la machine humanoïde, et elle se désintéressa du commissaire pour fixer Verbeck. Il était resté de l'autre côté, près des baies. Son visage était méconnaissable sous l'effet de la peur. Il délivra une nouvelle salve, et l'un des projectiles toucha l'épaule de Flams.
"Bordel mais qu'est-ce que tu fous ! Grogna sa cible
_ Allez-vous en tous, reculez ! Je veux plus vous voir !!!" paniqua Verbeck en accompagnant ses paroles d'une nouvelle salve qui les força à se mettre à couvert. Les lasers ne semblaient plus faire effet sur la machine qui était déjà au corps à corps avec le cadien. Le 127ème avait fait face à des spectacles atroces, mais celui-ci resta gravé dans la mémoire de Jyff. Jamais encore avant il n'avait assisté au dépeçage d'un être à moitié vivant. Le Sergent le tira finalement de la porte et tous s'enfuir vers le hangar. Au passage d'nu des couloirs, deux griffes sortirent soudain du sol. Le groupe les dépassa sans tarder, Flams aperçut tout de même derrière son épaule une nouvelle machine se levait du sol pour les prendre en chasse. Quand tous l'eu virent, ils forcèrent l'allure au aps de course.
Le Hangar était plus grand que ne l'avait pensé Jyff. Le leman Russ et deux jeeps étaient déjà opérationnels. Rapidement, la porte du Hangar s'ouvrit, laissant entrer une chaleur presque insupportable. A la même allure, Fi et Goberck prirent les commandes d'une jeep, Noram celles d'une autre et Jyff assura la conduite du Leman Russ qui transportait le commissaire et le blessé. Ils quittèrent ce fort en quelques secondes, mais les ennuis ne tardèrent pas à arriver : une nuée de scarabé sortant du sable, comme l'avait connu Jyff dans les ruines, les prirent en chasse dans le désert.


Dernière édition par Lakius Felstrid le Dim 15 Mar - 5:47, édité 1 fois
avatar
Lakius Felstrid

Faction : Chaos / Mj
Fonction : Héritier Word Bearers / Mj Garde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chute de Nodegama

Message  Lakius Felstrid le Sam 14 Mar - 10:40

Chapitre X : Paria
Les lumières de l’installation étaient d’un blanc froid. Les murs, aux carreaux blancs, fissurés par endroit et crasseux, reflétaient cette sinistre lumière. « Pourquoi ce lieu ? Le Chaos n’est qu’à une dizaine de kilomètres et sans ces tunnels découverts par ma compagnie minière j’aurais été repéré et éliminé par nos pions ! » Se demandait l’entrepreneur Jons. Udric Jons était natif de Nodegama. Son physique ne correspondait en aucun point à une personne de son rang : de taille svelte, aux épaules larges, il ressemblait bien plus à l’un de ces combattants de Catachan. Vivant la plupart de l’année sur une colonie minière d’une des lunes de 4753-C30, planète gazeuse la plus proche de Nodegama, Jons avait oublié la rudesse du climat de la planète de sable. Ces gestes paraissaient nerveux, secs. Ils faisaient parti des effets secondaires que ces pilules contre la chaleur donnaient. Les gardes du corps de l’entrepreneur paraissaient nerveux. L’endroit était parfait pour une embuscade.
« Nous vous attendions Jons. »
La voix était froide, sans aucunes autres intonations. Son propriétaire aurait également pût l’étrangler qu’elle aurait été la même. Mais cet individu n’allait pas l’étrangler, non, il était là pour bien plus. Il était maigre, le dos vouté, et une large cicatrice lui descendait le long de la joue gauche. Chétif, il était accompagné d’un Kaskrins, comme l’indiquait son uniforme, et d’une femme, haute, aux yeux d’un bleu clair, peu commun sur Nodegama, et à la chevelure blanche. Elle ne portait cependant aucune trace de vieillesse. Chirurgie ou jeune âge ? Jons ne connaissait rien d’elle. Il se contenta d’avancer dans la salle, peut être l’ancien bloc opératoire de cet hôpital datant de M37.
« Tout se déroule comme prévu entrepreneur. Commença la femme.
_ Tout comme prévu ? L’arrivée du Chaos ne vous pose aucun problème ? s’indigna le négociant
La femme leva un sourcil. « Mais l’arrivée du Chaos faisait parti de nos plans. » Jons n’en croyait pas un seul mot. Il n’avait été prévenu de rien. C’en était trop.
« De vos plans ?! Vous allez trop loin ! Je romps notre accord ! Je ne négocie pas avec le Chaos !
_ Oh ? C’est regrettable alors ». Le sous fifre à la large cicatrice fit un geste rapide et les gardes du corps de Jons furent exécutés par des tirs provenant d’une fenêtre donnant du couloir sur le bloc.
« Mr Jons, reprit la femme, La C.Y.B.R. a prit de très grands risques afin de s’assurer la réussite de cette mission. Notre élément sur Pavonis a échoué et les conséquences de son échec peuvent engloutir l’Ultima segmentum dans l’horreur. Vous savez de quoi je parle Mr Jons, vous les avez déjà vu n’est-ce pas ? »
L’entrepreneur, comprenant que trop bien à quoi la femme faisait allusion, rentra dans une rage incontrôlable.
« Vous pensez pouvoir les manipuler ?! Ces choses… sont bien supérieures à vous ! Ils vous anéantiront comme tout… » Pendant que Jons vociférait, le sous fifre alluma un schéma –holo, représentant une machine aux corps humains. Cette machine était en fait constituée de métal et de chair humaine. Tout le bassin de l’humain était remplacé par assemblage complexe, terminant une exo-colonne qui sortait des chairs du dos et la reliant à une base, d’où cinq fines branches de métal partaient, remplaçant ainsi des jambes. Les membres supérieurs étaient accompagnés d’un exosquelette, et le crâne, chauve, était relié de nombreux câbles et fils.
« Ceci est la dernière création de nos amis. C’est certainement l’entité la plus avancée en matière de mechanicum-cyborgae. Nous le voulons. Et vous êtes notre bras dans cette opération. Sachez dès maintenant que Efeel est mort. Les deux derniers Kads gisent à vos pieds. Nous n’avons donc plus de force armée sur Nodegama. Le Chaos a joué son rôle de diversion, et des sables de cette planète sortent les nécrons endormis là, que cet archéologue stupide a réveillés. Oui nous pensons les manipuler. Ils déterrent en ce moment-même un croiseur de classe Scythe. La tâche sera longue, même pour eux. Les guerriers seront amenés à surveiller les scarabées plutôt que de surveiller leurs installations. Nous leur prendront le prototype sous leur nez. Et nous lanceront l’usinage pour le Mechanicum.
_ Toute cet argent … juste pour en gagner plus ? Vous me cachez encore quelque chose…
_ Vous savez ce que vous deviez savoir. Ouvrez la porte de l’installation Delta-33. Voici un laser à concentration ionique. » Un serviteur apporta sur un chariot la machine de forage, théoriquement illégal, du fait de son instabilité et de l’absence de système de refroidissement adéquat.
« Et pour le refroidissement ? S’interrogea Jons
_ Voici une pierre trouvée sur Damnos. Nous avons condamné la planète en la déterrant. Mais vous pourrez utiliser la fission sans risque.- La femme tendit la pierre à l’entrepreneur- Vous n’avez que 84 heures pour retourner sur votre lune et nous ramener la pierre ici-même. Ne faites rien de stupide. »

Chapitre XI : Le Glory of Cadia, Assaut finale.

Aube du Troisième jour – 72 heures restantes

Les profondeurs du Warp s’écroulèrent pour laisser place au vide interstellaire. La frégate de reconnaissance du Glory of Cadia était le premier bâtiment de la flotte arrivée en renfort. Sous le commandement récent du Capitaine Cask, la frégate étendit ses scanners, et détermina la position des engins ennemis. Trois vaisseaux Chaotiques. Un Styx et deux Desolations. L’ordinateur d’archive grésilla durant le recherche. Le pouls du Capitaine Cask s’accéléra. Les deux croiseurs se nommaient le Purity Heart , un récent traître, et le Revenant. Mais le Styx… son nom restait gravé dans le cœur du capitaine ; devant lui se tenait l’Horrific, responsable de la purge du monde de Kyrs II durant la guerre gothique et présent lors de la destruction des mondes d’Yrugul et de Tanith. Il ne devait pas s’échapper encore une fois. Les croiseurs ennemis s’étaient mis en position défensive, repérant à leur tour la frégate loyaliste et se préparant au combat. L’Aquila Vincit, croiseur de classe Dictator, et trois escorteurs Dauntless, accompagnés de leurs transporteurs, arriveraient d’ici peu de temps en formation d’attaque. L’arrivée sur Nodegama serait bien plus corsée que prévu.

« Char Prédator ! »

« Bordel un Dreadnought !! »

Jijo et Kentis étaient à couvert dans un des baraquements des dépôts miniers que les Blacks Templars avaient fortifiés. Cela faisait trois jours qu’ils repoussaient sans cesse le Chaos. Le deuxième jour avait été particulièrement terrible : quatre pelotons d’infanteries du 127ème tombèrent en défendant le champ d’énergie du Nord. La Nuit du second jour, le Champ s’était réactivé, renforçant le moral des hommes. Mais c’est alors qu’il arriva, et que tous comprirent qu’ils ne tiendraient jamais jusqu’à l’arrivée des renforts. Lorsque la première détonation avait rempli l’espace sonore, les vétérans s’écroulèrent à terre, conscient de l’origine de l’explosion. Un Baneblade, un char super-lourd, peut être le meilleur char au service de l’Imperium… et du Chaos. Cette abomination avait détruit le Champ protecteur en deux obus, et leur espoir au même instant. Il était recouvert de pus et de furoncles, de cellules cancéreuses et de milliers de nurglings dans ses cuves d’acides. Rien ne semblait l’arrêter. Conscient de la menace, le Major Alenko et le Colonel Syrk avaient dépêché la totalité des compagnies blindés du 127ème. La bataille qui s’en suivit fut digne des plus grands poèmes épiques des Grandes croisades : vingt Leman Russ Impériaux mirent en échec la compagnie de prédators et de vindicators, escortant le Baneblade de Nurgle. C’est durant toute la nuit que se déroula cette rencontre de blindés. Au final, le Major Alenko tenta l’impossible, conscient que la situation était penchée du côté des hérétiques, et éperonna le char super-lourd. Le choc ne fit aucun dégât, mais suffit à une diversion, permettant à deux Vanquishers de frapper le Baneblade. L’impact ouvrit une brèche dans la coque pustuleuse, et un dernier obus du Leman Russ du Major détruisit le blindé du Chaos. La bataille fut finalement gagnée par l’Imperium, mais elle ne put porter aucun avantage au camp de l’Empereur : il ne restait que trois blindés, sans compter les quelques prédators des Astartes ; et le Champ avait cédé, ouvrant un chemin tout tracé pour l’ennemi.
Mais le Chaos en avait décidé autrement. L’Aube du troisième jour connut la dernière vague de la Death Guard contre Node Primus. Et l’attaque fut portée sur le front Nord, Est et Sud, afin d’anéantir une fois pour toute les défenses de la capital planétaire. Le plus rude coup fut porté à l’est, à la porte de Nodegama, là où se tenaient les Astartes Black Templars. Le Colonel Syrk avait envoyé 4 pelotons pour porter renfort, dont le peloton de Kentis. La porte avait lâché vers 11h, permettant au Chaos de s’engouffrait dans la ville. Mais les Black Templar tenaient les dépôts miniers fortifiés, et la Garde avait entrepris la reconquête de la Porte par le Nord. Mais, tandis que les troupes impériales s’épuisaient peu à peu, le Chaos semblait animé d’une soif de combat et d’une rage telle que pour chaque mètre repris par la Garde, les Astartes se voyaient obligés d’abandonner de nombreux complexes. Très vite, la bataille passa en combat urbain.

« En avant, Pour l’Emper.. »

L’officier qui s’était levé courageusement ne put terminer sa phrase qu’un bolt lui arracha la tête. Non, la Porte attendra, se disait Jijo. Alors que son escouade avait sécurisé une boulangerie désormais en ruine, le sergent Kentis s’était mis en retrait pour contacter le colonel. D’après son teint rouge et sa voix qui arrivée à être distinct malgré le fond sonore des combats intenses, Jijjo ne pouvait qu’en déduire que les renforts des FDP seront long à attendre. Alors que les gardes Fryz et Gins rechargeaient méticuleusement leur lance-missile, le Prédator ennemi disparu dans une boule de feu : une escouade Dévastator en avait finalement eu raison. La majorité des chars ennemis connaissaient le même sort : l’environnement urbain était peu propice pour eux et le moindre bâtiment qu’ils croisaient abrité des armes anti-char à couvert.
Mais l’infanterie ennemie était bien plus terrifiante. Composée des Space Marines maudits de la Death Guard, celle-ci était presque instoppable. Ces géants en armure verte olive semblaient insensibles aux tirs de laser, et la perte d’une mâchoire ou d’un bout de leur tête ne les préoccupait pas plus que les différents impacts de laser que subissaient leurs armures. Rien ne pouvait les contenir, pas même les Saint Croisés de l’Empereur. Les Black Templars reculaient peu à peu, devant des assauts de Terminators. L’Est de la ville ne tiendrait pas longtemps si aucun renfort n’était dépêché.
avatar
Lakius Felstrid

Faction : Chaos / Mj
Fonction : Héritier Word Bearers / Mj Garde

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chute de Nodegama

Message  Frère Supsend le Sam 14 Mar - 21:44

sympa la musique









j'ai(me?) PAS gears of war
avatar
Frère Supsend

Faction : Space marine
Fonction : Scout

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Chute de Nodegama

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum